Entre Wiegman et Vilda, duel de styles sur le banc

Lors de la finale du Mondial féminin, dimanche entre l'Angleterre et l'Espagne à Sydney, les ...
Entre Wiegman et Vilda, duel de styles sur le banc

Entre Wiegman et Vilda, duel de styles sur le banc

Photo: KEYSTONE/EPA/DAN HIMBRECHTS

Lors de la finale du Mondial féminin, dimanche entre l'Angleterre et l'Espagne à Sydney, les stars seront aussi sur le banc.

Les sélectionneurs Sarina Wiegman et Jorge Vilda ont pris la lumière durant la compétition, dans deux styles quasi opposés.

Wiegman, professeure des finales

Euro 2017, Mondial 2019, Euro 2022 et désormais Mondial 2023... L'entraîneure de l'Angleterre Sarina Wiegman s'apprête à connaître pour la quatrième fois de suite la finale d'une compétition majeure, un accomplissement rare.

Les deux premières fois, elle officiait auprès des Pays-Bas, son pays d'origine, avec un titre européen à la clé, contre le Danemark (4-2). Mais elle a raté la consécration suprême face aux Etats-Unis, en 2019 à Lyon (2-0).

Débauchée par la Fédération anglaise en prévision de l'Euro organisé à domicile, la technicienne de 53 ans a transformé en machine à gagner une sélection souvent bien placée, mais jamais titrée. Elle a remporté le Championnat d'Europe devant plus de 85'000 spectateurs à Wembley contre l'Allemagne (2-1 ap).

Ses succès ont fait de l'ancienne défenseure internationale l'un des visages de la féminisation du poste d'entraîneur, au côté de Jill Ellis ou Pia Sundhage. 'Je ne prends jamais rien pour acquis, mais c'est comme si je vivais dans un conte de fées ou quelque chose comme ça (...) Chaque finale tu te dis que cela n'arrivera plus, c'est un parfum spécial', a-t-elle déclaré.

En Océanie, elle s'est distinguée par son sens de l'adaptation, en réussissant à jongler entre les diverses blessures et suspensions qui l'ont privée de plusieurs cadres de son effectif. Ses joueuses ont loué ses qualités de management qui ont permis de souder le groupe. Elle a notamment autorisé les familles sur le lieu de séjour, plutôt qu'isoler son effectif, comme peuvent le faire certaines équipes.

Les Etats-Unis, première nation mondiale, penseraient à elle pour remplacer Vlatko Andonovski qui a démissionné. Réponse du patron de la Fédération anglaise: chaque offre pour Wiegman, sous contrat jusqu'en 2025, sera rejetée 'à 100%'.

Vilda, la revanche du paria

Quand Wiegman a bâti le succès des Anglaises sur une défense en acier, son homologue espagnol Jorge Vilda a opté pour un jeu offensif qui sied aux qualités techniques de ses joueuses.

Le profil de l'entraîneur de 42 ans se déroule comme le négatif de celui de la Néerlandaise: aucun titre depuis sa prise de fonction en 2015, et des méthodes jugées clivantes qui lui ont valu la rancoeur de plusieurs cadres du vestiaire.

L'Espagne a vécu un séisme qui a menacé l'émergence de son équipe féminine, après que quinze internationales ont annoncé en septembre dernier ne plus vouloir rejouer pour la Roja. Des sources évoquées dans la presse locale ont évoqué les méthodes jugées 'dictatoriales' de Vilda.

Mais le technicien, soutenu par sa Fédération au cours de cette crise sans précédent, est resté. Il a conservé sa légitimité à travers une série de résultats exceptionnels qui portent l'empreinte des coups de poker tactiques dont il est féru.

'C'est un apprentissage, cela nous a tous rendus plus forts et (nous devons) laisser cela dans le passé, penser à l'avenir et au fait que ce que nous avons réalisé est le fruit du travail que nous avons accompli', a déclaré Vilda, interrogé à chaque conférence de presse sur l'épisode de la 'fronde' dont il a avoué avoir souffert.

L'Espagne, 19e au classement FIFA lors de sa nomination, postule aujourd'hui pour un premier titre mondial après avoir échoué dès les huitièmes en 2019, face aux Etats-Unis.

Les médias espagnols ont rapporté que le dirigeant avait répondu à certaines des demandes des joueuses frondeuses, comme l'embauche d'un nutritionniste et d'un plus grand nombre de physiothérapeutes.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus