Un tyran domestique écope de sept ans de prison pour séquestration

Pour avoir obligé sa compagne, mère de ses quatre enfants, à vivre comme une recluse, un tyran domestique devra purger une peine privative de liberté de sept ans. Le Tribunal fédéral (TF) confirme un verdict de la justice zurichoise.

D'origine kosovare, cet homme naturalisé suisse avait défendu à sa compagne de sortir de l'appartement sans son accord. Il n'avait pas supporté qu'elle se réfugie, en 2005, dans une maison pour femmes victimes de maltraitance.

Ce tyran avait installé une caméra dans l'appartement afin de pouvoir surveiller les faits et gestes de sa compagne, pendant qu'il était en vacances. La recluse ne pouvait sortir que pour faire avec lui des achats importants ou pour se rendre chez le médecin.

Aux moindres velléités d'indépendance, elle subissait des coups et des menaces. Le régime tyrannique n'avait pris fin qu'en 2008, après qu'une des filles avait appelé la police pour dénoncer les violences de son père.

Peine initiale de onze ans

En 2011, le Tribunal de district de Zurich avait condamné ce tyran domestique à une peine de onze ans de prison pour séquestration, lésions corporelles et contrainte, ainsi que pour violation des devoirs d'assistance. Saisi d'un recours, le Tribunal cantonal avait réduit la peine à sept ans.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus