Ukraine: les pourparlers de paix reprennent à Minsk (officiel)

Les pourparlers de paix entre Kiev et les rebelles prorusses sur l'avenir des régions séparatistes de l'est de l'Ukraine ont repris mercredi à Minsk (Bélarus). Les discussions interviennent après quasiment quatre mois d'interruption, pendant lesquels le bilan humain du conflit s'est alourdi à plus de 4700 tués. Elles ont été "difficiles" selon les rebelles.

"C'était une rencontre préliminaire difficile. (...) La date de la prochaine rencontre n'a pas été établie", a souligné l'émissaire de la république autoproclamée de Donetsk Denis Pouchiline à un site séparatiste à l'issue de pourparlers à Minsk, qui ont duré plus de cinq heures.

L'émissaire de la république séparatiste de Lougansk Vladislav Deïnego a également qualifié les pourparlers de "difficiles" et souligné que la date de la nouvelle rencontre n'avait "pas été fixée".

En cas de succès, cette rencontre devait être suivie de nouveaux rounds de pourparlers vendredi avec les dirigeants des régions séparatistes de Donetsk et Lougansk.

Centaines de prisonniers

Les discussions ont eu lieu dans l'ancienne résidence du président bélarusse Alexandre Loukachenko en plein centre de Minsk, a souligné le porte-parole de la diplomatie bélarusse, Dmitri Mirontchik.

Selon une journaliste de l'AFP sur place, elles réunissaient l'ex-président ukrainien Leonid Koutchma, l'ambassadeur russe en Ukraine Mikhaïl Zourabov, la représentante de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), la Suissesse Heidi Tagliavini, et MM. Pouchiline et Deïnego.

Les services de sécurité ukrainiens (SBU) ont annoncé mercredi être prêts à échanger 225 personnes, dont des citoyens russes. Selon des sources ukrainiennes, de 630 à 690 Ukrainiens - militaires, journalistes, volontaires et autres - sont toujours détenus par les rebelles.

Demande liée aux finances

Les deux parties sont d'accord sur l'échange de prisonniers et le retrait des armes lourdes de la ligne de front. Les rebelles réclament aussi la reprise du financement des zones sous leur contrôle, coupé par Kiev à la mi-novembre, et un "statut spécial" pour les régions de Donetsk et de Lougansk.

Ce statut était prévu par les accords signés à Minsk en septembre. Selon Kiev et les Occidentaux, les rebelles ont sapé ces accords en organisant début novembre des élections dans les régions séparatistes. Une nouvelle trêve a été conclue le 9 décembre qui semble être globalement respectée malgré des échanges quotidiens de tirs.

Six drones

L'armée ukrainienne a affirmé mercredi avoir essuyé 25 attaques contre ses positions au cours des dernières 24 heures. Six drones ont également survolé une zone proche du port stratégique de Marioupol, dernière grande ville de l'Est sous contrôle de Kiev.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes