Trois blocs partent à la conquête du Conseil d'Etat genevois

A Genève, le rideau est à peine tombé dimanche sur l'élection du Grand Conseil que les partis doivent déjà préparer le deuxième tour de l'élection du gouvernement. Assemblées et réunions des états-majors vont se succéder au fil de la semaine. Trois blocs devraient partir chacun de leur côté à la conquête des sept sièges du Conseil d'Etat.

La droite dure a été la première à dégainer lundi. Le MCG et l'UDC, les grands vainqueurs du scrutin de dimanche, ont confirmé leur alliance pour le deuxième tour agendé le 10 novembre. Ils présenteront une liste composée de deux MCG et d'une UDC. Les démocrates du centre doivent encore avaliser cette stratégie.

Les couleurs du Mouvement citoyens genevois (MCG) seront défendues par le conseiller national Mauro Poggia, arrivé en sixième position au premier tour, et par le cofondateur du parti Eric Stauffer, qui s'est placé au huitième rang. Du côté de l'UDC, la responsabilité de représenter le parti au deuxième tour devrait être confiée à la conseillère nationale Céline Amaudruz (14e).

L'Entente à cinq

Réunis lundi soir en assemblée des délégués, le PLR et le PDC ont décidé de lancer leurs cinq candidats au second tour. Les cinq représentants de l'Entente ont occupé le haut du classement dimanche, au premier tour.

Les ministres PLR sortants Pierre Maudet (1er dimanche), François Longchamp (2e) et Isabel Rochat (5e) se retrouvent ainsi sur la même liste que les deux candidats PDC, à savoir le maire de Bernex Serge Dal Busco (3e) et le conseiller national Luc Barthassat (4e).

Ensemble à gauche hésite

A gauche, le nombre de candidats socialistes au deuxième tour sera fixé jeudi. Si une solution à deux est retenue, le parti lancera dans la course la députée Anne Emery-Torracinta (7e) et le conseiller administratif de Vernier Thierry Apothéloz (9e).

Les socialistes vont s'allier avec les Verts, qui ne lanceront dans la course que le conseiller national Antonio Hodgers, dixième au premier tour. Ensemble à gauche, qui a retrouvé les bancs du Grand Conseil avec 9 sièges, n'avait pas encore arrêté sa stratégie lundi.

/SERVICE


Actualisé le

 

Articles les plus lus