Tim Guldimann lundi à Kiev, la Crimée déconseillée aux Suisses

L'émissaire de l'OSCE pour l'Ukraine, le Suisse Tim Guldimann, va poursuivre ses efforts de médiation. Il retournera la semaine prochaine dans ce pays pour observer la situation dans l'est. Le DFAE, de son côté, déconseille aux Suisses de se rendre en Crimée.

Le diplomate suisse repartira lundi pour Kiev. Il se rendra le jour même dans l'est pro-russe du pays et il y restera jusqu'à jeudi.

Dans l'intervalle, l'envoyé spécial du président en exercice de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), Didier Burkhalter, doit se rendre ce samedi au siège du Conseil de l'Europe à Strasbourg. Il y discutera des moyens de renforcer la collaboration entre les deux organisations sur le dossier ukrainien.

M. Guldimann est déjà allé la semaine dernière en Crimée. Il y a rencontré des représentants du Parlement régional, des communautés ukrainiennes et russes et des autorités judiciaires, ainsi que le chef des Tatars de Crimée. L'émissaire a souligné l'importance de prêter une attention aux Tatars, alors que les habitants de Crimée sont appelés à se prononcer par référendum ce dimanche sur le rattachement de la péninsule à la Russie ou une autonomie plus grande au sein de l'Ukraine.

Moscou pour une mission d'observation

Jeudi, la Russie a exprimé son soutien au déploiement d'une mission d'observation de l'OSCE en Ukraine, y compris en Crimée. Pour Berne, il pourrait s'agir d'un "grand pas en avant". Moscou "soutient en effet l'idée d'une approbation rapide et d'un envoi rapide d'une mission spéciale d'observation en Ukraine", a déclaré à Vienne l'ambassadeur de Suisse auprès de l'OSCE, Thomas Greminger.

Didier Burkhalter avait appelé mercredi Vladimir Poutine pour discuter notamment de la mission de surveillance de l'OSCE.

Crimée déconseillée

Le Département fédéral des affaires étrangères a pour sa part déconseillé aux Suisses de se rendre en Crimée. La situation est "tendue" dans la perspective de ce référendum et "l’évolution des événements est imprévisible", a indiqué jeudi le DFAE.

Selon la situation, il est très "difficile, voire impossible" pour l’ambassade de Suisse à Kiev de porter assistance à ses ressortissants en cas d’urgence, a ajouté le DFAE dans ses conseils.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes