Suisse-Chine: imposant dispositif policier devant le Palais fédéral

La police cantonale bernoise a déployé vendredi d'imposants moyens pour éviter tout incident lors de la visite à Berne du premier ministre chinois Li Keqiang. Elle a reçu l'ordre d'empêcher toute prise de parole de la part de sympathisants de la cause tibétaine. Huit personnes ont été interpellées.L'accès au Palais fédéral était totalement bouclé par des grillages et de nombreux policiers en tenue de combat avaient pris position autour du bâtiment. Depuis le début de l'après-midi, la circulation était interdite devant le Palais fédéral.La communauté tibétaine de Suisse et du Liechtenstein s'était rassemblée à quelque 250 mètres de la Place fédérale en état de siège. Environ 250 personnes ont participé à cette manifestation autorisée. Elles distribuaient des tracts aux passants saluant l'accord de libre-échange qui pourrait être signé entre la Suisse et la Chine mais demandent à Berne de mentionner les droits de l'Homme.BanderoleHuit personnes ayant tenté vers 15h30 de s'approcher du Palais fédéral et de dérouler une banderole ont été interpellées par la police, a indiqué cette dernière dans un communiqué. Elles ont été relâchées vers 18h00.Les militants tibétains n'avaient pas obtenu l'autorisation de manifester sur la Place fédérale. Les autorités ont voulu éviter un incident comme celui qui s'était produit en 1999 lorsque le président chinois Jiang Zemin avait été sifflé sur la Place fédérale. /SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes