Ringier met la main sur le journal "Le Temps"

Le quotidien romand "Le Temps" est désormais propriété de Ringier. Le groupe de presse zurichois, qui contrôle déjà 46,25% du journal, a annoncé vendredi reprendre la participation de 46,25% détenue par Tamedia dans le titre. Le prix de la transaction n'a pas été révélé.

Ringier et Tamedia avaient mis en vente "Le Temps" en octobre dernier. L'objectif initial était de trouver un acquéreur extérieur. La solution du rachat de la participation d'un des partenaires par l'autre ne devait intervenir qu'au cas où aucune offre convaincante n'arrivait sur la table.

Ringier satisfait

"C'est une bonne journée pour Ringier", a déclaré devant la presse Marc Walder, le CEO du groupe de presse, qui édite notamment le "Blick" et "L'Illustré". Pour lui, le rachat du "Temps" est une "affaire de coeur". Il est la preuve de l'attachement de l'éditeur au journalisme et de sa foi en l'avenir de la presse écrite.

"Le Temps", actuellement basé à Genève, devrait garder son ancrage romand. Ringier exclut en tout cas de transférer la direction du journal à Zurich. Le choix devrait se faire entre Lausanne et Genève. "Nous allons réfléchir sans tabou" sur cette question, a souligné Daniel Pillard, le directeur de Ringier Romandie.

Le quotidien genevois, une fois intégré dans le groupe, devra pouvoir profiter "des synergies qui seront dégagées tant sur le plan rédactionnel que sur celui du marketing". Selon M.Pillard, "rien n'est encore décidé concernant les effectifs du quotidien". Une fusion avec "L'Hebdo" est toutefois exclue par Ringier.

Fin de l'incertitude

Valérie Boagno, la directrice générale du "Temps", a déclaré que le personnel du quotidien était "extrêmement content et soulagé de sortir de presque six mois d'incertitude". Pour la première fois, a-t-elle rappelé, un actionnaire unique aura le contrôle complet du "Temps". La journée est "historique" pour le journal.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus