Recul de l'UDC selon le premier baromètre électoral de la SSR RSR

Selon les partis politiques, le premier baromètre électoral de la SSR RSR montre surtout que la population souhaite une application de l'initiative contre l'immigration de masse qui soit eurocompatible. A plus d'un an des élections fédérales, d'aucuns demandent toutefois que les résultats de ce sondage électoral ne soient pas pris pour argent comptant.

Pour le président du PS, Christian Levrat, "la vraie nouveauté de cette enquête est le soutien de la population aux bilatérales", a-t-il indiqué à l'ats. Les personnes interrogées ont clairement exprimé leurs attentes face à la mise en oeuvre du texte de l'UDC, soit une application plus souple.

Autre son de cloche du côté de l'UDC. La question n'a pas été bien posée, remarque son président Toni Brunner. Celle-ci aurait dû être la suivante: "est-ce que l'immigration incontrôlée doit être freinée, ou l'accord sur la libre circulation conservé"?

Recul de l'UDC

Le président du PS relève que ce qui ressort, "c'est le recul de l'UDC (-2 points par rapport à 2011) et la progression du PS". "J'ai toujours dit que l'initiative du 9 février allait porter atteinte à l'UDC, car elle n'est pas eurocompatible", poursuit le conseiller aux Etats fribourgeois.

Concernant le résultat obtenu par l'UDC, Toni Brunner appelle à la prudence. "Le parti a gagné des voix dans 14 des 18 dernières élections cantonales", relève-t-il. Aucun autre parti ne peut s'enorgueillir de tels scores, fait-il valoir.

Importance des cantons

"Ce sont ces résultats-là qui sont à relever, pas un sondage", tranche-t-il. Les élections fédérales se jouent dans les cantons, abonde le président du PBD Martin Landolt. Le nombre de sièges est plus important que le pourcentage des voix, rappelle-t-il.

Un constat que semble également partager le président du PLR Philipp Müller. Selon le conseiller national argovien, les parlementaires devraient plus aller à la rencontre de la population dans les communes et les cantons.

C'est seulement ainsi que le parti peut espérer dépasser le PS lors des prochaines élections fédérales, estime-t-il. Philipp Müller compte notamment mieux se faire connaître en Suisse romande.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes