Pyongyang bloquée dans ses achats pour sa station de ski

La Corée du Nord a émis une protestation samedi après s'être vu refuser des importations de matériel destiné à une luxueuse station de ski principalement destinée à son élite dirigeante. Ces importations, qui devaient notamment provenir de Suisse, ont été refusées en vertu des sanctions mises en place par les Nations unies.

La Corée du Nord, pays pauvre, a lancé l'an dernier un projet de station de sports d'hiver appelée "Masik Pass" alors que son ennemi voisin la Corée du Sud doit accueillir les Jeux olympiques de l'hiver 2018. Le dirigeant communiste Kim Jong-un est réputé pour avoir apprécié les joies du ski alpin lors de ses études en Suisse.

La semaine dernière, en application des sanctions onusiennes, la Suisse a cessé ses ventes d'équipements sportifs à la Corée du Nord. Le pays aurait passé commande à des sociétés suisses de télésièges et autres télécabines d'une valeur de sept millions de francs pour la station Masik.

Dans un communiqué diffusé samedi par l'agence de presse KCNA, l'Association nord-coréenne des skieurs accuse "certains pays, sous la pression des Etats-Unis" d'empêcher la Corée du Nord d'importer des équipements pour le sport, sans préciser le nom des pays.

Pratique "injustifiable"

L'association qualifie cette pratique d'injustifiable et estime qu'elle constitue une violation de la charte des Nations unies qui prévoit que les actions à l'encontre des Etats ne doivent pas affecter leurs populations.

Après avoir été à nouveau sanctionnée par les Nations unies cette année pour un essai nucléaire en février, la Corée du Nord avait menacé les Etats-Unis et la Corée du Sud de frappes nucléaires et de missiles.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes