Prolifération des shops ouverts toute la nuit

Le syndicat Syna sonne l'alarme: le nombre de shops de stations-service autorisés à rester ouverts 24h/24 a explosé, selon lui. Au lieu des 24 établissements évoqués par le Conseil fédéral durant la campagne de votation, le syndicat évoque le chiffre de 50, a-t-il annoncé lundi dans un communiqué.

Le syndicat avait déjà critiqué l'opacité du changement de loi durant la campagne précédant le scrutin de novembre dernier. Après la votation, il a réclamé des précisions sur la mise en application de la loi au Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO). Ce dernier ne voit pas de nécessité d'agir et a botté en touche, renvoyant aux cantons, selon Syna.

Un tour d'horizon des cantons effectué par le syndicat a révélé qu'environ 50 magasins de stations-service restent désormais ouverts 24h/24, dont 30 dans le seul canton de Genève, a précisé Syna dans son communiqué. Les cantons des Grisons, de Soleure et du Tessin n'ont pas encore répondu.

Chiffres contestés

Un chiffre vivement contesté par le conseiller national Christian Lüscher (PLR/GE), à l'origine de la modification de la loi. "Cette enquête est dépourvue de sérieux, aucune source n'est citée", a-t-il déclaré.

De plus, "le nombre de 30 établissements sur le seul canton de Genève n'est géographiquement pas possible", a-t-il indiqué à l'ats.

L'Office cantonal de l'inspection et des relations du travail (OCIRT) de Genève précise à ce sujet dans un courrier à Syna daté de janvier et porté à la connaissance de l'ats: "les stations-service qui bénéficient de l'exception ne sont pas dans l'obligation de solliciter une autorisation ou de s'annoncer auprès de l'office."

L'OCIRT estime en outre qu'il y a bien une trentaine de stations-service dans le canton de Genève sur des "axes de circulation importants à forte fréquentation".

L'enquête du syndicat a par ailleurs permis de montrer qu'actuellement seuls certains cantons disposent de mécanismes de contrôle. Pour contrer les éventuels abus, les cantons renvoient à l'inspection du travail et aux communes concernées.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes