Producteurs de courant: nouvelles techniques peu prisées en Suisse

Les grands producteurs d'électricité suisses misent toujours très peu sur les nouvelles énergies renouvelables (l'éolien, le photovoltaïque, la biomasse, la géothermie et la petite hydraulique). Ils les ont toutefois légèrement plus utilisées dans leur mix énergétique en 2012, selon une étude de la Fondation suisse de l'énergie (FSE).

La proportion des nouvelles énergies renouvelables est restée inférieure à 6% de l'ensemble de la production de courant des sociétés en question. Dans le détail, BKW FMB Energie y a recouru à hauteur de 5,59% l'an passé (3,78% en 2011), Repower pour 3% (2,64%), Alpiq pour 2,84% (1,1%) et Axpo pour 0,76% (0,36%), indique la FSE dans son enquête publiée lundi.

L'hydaulique, énergie renouvelable traditionnelle, s'avère en revanche nettement plus appréciée par ces quatre entreprises. Repower génère 49% de son électricité grâce à l'eau, suivi de BKW FMB Energie (36,65%), Alpiq (28,03%) et Axpo (24,6%).

Le nucléaire et les énergies fossiles continuent toutefois de se tailler la part du lion chez Axpo et Alpiq, où leur proportion atteint presque les trois-quarts de la production. Repower et BKW FMB Energie misent environ pour moitié sur ces énergies non renouvelables.

La FSE considère comme nouvelles énergies renouvelables l'éolien, le photovoltaïque, la biomasse, la géothermie et la petite hydraulique. L'hydraulique n'entre pas dans cette catégorie. Etant donné que son potentiel est exploité à son maximum en Suisse, la réalisation du tournant énergétique dépend des nouvelles technologies, a précisé à l'ats Kim Kerkhof, du secteur électricité de la FSE.

/SERVICE


Actualisé le