Corruption à la BVK: procès en appel de l'ex-chef des placements

L'affaire de corruption de la caisse de pension zurichoise BVK rebondit devant la Cour suprême cantonale. Le procès en deuxième instance de l'ex-chef des placements s'est ouvert mardi. Daniel Gloor avait été condamné à 6 ans et 3 mois de prison pour corruption passive multiple, gestion déloyale des intérêts publics, blanchiment d'argent et violation du secret de fonction.

"On a voulu faire un exemple avec moi", a soutenu l'ancien cadre de 59 ans lors de l'ouverture du procès en appel. Le juriste reconnaît certes les actes qui lui sont reprochés, mais demande une peine plus clémente.

Argent "offert" sans l'avoir réclamé

Apparaissant sûr de lui, calme et réfléchi, il a prétendu mardi n'avoir "jamais demandé activement" de l'argent à ses corrupteurs. Ces derniers le lui auraient "offert" de leur propre initiative, selon lui.

Daniel Gloor avait perçu 1,7 million de francs entre 2000 et 2010 de la part de mandataires. Ces derniers avaient ainsi réussi à se maintenir sous contrat malgré leur mauvais rendement. La caisse de pension a en effet perdu un million de francs.

Lors du jugement en première instance rendu en novembre 2012, le tribunal avait en outre exigé du coupable qu'il rembourse un demi-million de francs et verse au canton la somme de la vente de sa résidence secondaire au sud de la France. Les juges étaient allés plus loin que le Ministère public.

"Très grande énergie criminelle"

Le procureur avait réclamé une peine ferme de six ans. La défense avait, elle, plaidé une peine limitée à deux ans et demi avec sursis partiel.

Le tribunal avait justifié le verdict en soulignant que l'ex-chef des placements avait fait preuve d'une "très grande énergie criminelle" et d'une "très lourde culpabilité" en se laissant soudoyer "de la pire manière". Daniel Gloor avait agi "de façon extrêmement raffinée", par pure cupidité, alors que son revenu dépassait celui d'un conseiller d'Etat.

Mandataires condamnés

Quatre des mandataires accusés d'avoir soudoyé l'ex-chef des placements - des amis ou connaissances - avaient aussi été condamnés. Pour deux d'entre eux, la peine prononcée s'était élevée à deux ans et demi de prison, dont une année avec sursis. Deux autres avaient été sanctionnés de peines de 14 et 15 mois avec sursis.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes