Premières projections démographiques "made in Valais"

Le Valais a établi pour la première fois ses propres projections démographiques. Détaillées par région, elles permettent d'anticiper les défis, comme le fort vieillissement de la population. En 2040, le canton devrait compter quelque 380'000 habitants, soit 50'000 de plus environ qu'actuellement.

En établissant ses propres perspectives démographiques à l'horizon 2040, le Valais s'est doté d'un précieux outil pour anticiper et gérer les évolutions à venir, a indiqué jeudi à la presse Maurice Tornay, chef du département valaisan des finances et des institutions.

Selon le scénario moyen retenu par l'Office cantonal de statistique et de péréquation (OCSP), la population valaisanne devrait compter 382'000 habitants en 2040. L'accroissement démographique, très soutenu lors de la dernière décennie, devrait diminuer progressivement et même chuter à 2% dès 2030.

Au niveau des régions, le Valais central, mais surtout le Bas-Valais, connaîtront une croissance démographique plus dynamique. Le Haut-Valais, que l'on dit menacé d'exode, devrait quant à lui conserver "une évolution positive jusqu'en 2030, même si elle sera légère", a souligné Raphaël Bender, chef de l'OCSP.

Grâce aux migrants

Le rapport de l'OCSP montre aussi un très fort vieillissement de la population. D'ici 2040, le nombre de personnes de 65 à 79 ans devrait doubler et celui des plus de 80 ans tripler. "Un grand défi de demain", a relevé Raphaël Bender.

L'effectif des 40-64 ans croîtra jusqu'en 2021, puis se stabilisera. Le nombre des 20-39 ans subira une légère érosion dès 2021 et celui des 0-19 ans restera relativement stable.

Etant donné le vieillissement de la population, la mortalité sera en hausse. Quant au nombre de naissances, il devrait baisser. Si son évolution est encore positive aujourd'hui, c'est grâce aux migrants, précise l'OCSP.

Vaud, le spécialiste

Les projections démographiques valaisannes sont plus précises et détaillées que celles de l'Office fédéral de la statistique (OFSP). Elles permettront au canton d'anticiper dans plusieurs domaines, dont la santé publique, les assurances sociales ou encore l'aménagement du territoire.

Il sera plus aisé par exemple d'estimer le nombre de lits hospitaliers à prévoir dans les établissements des différentes régions du canton et d'établir les besoins en matière de soins à domicile ou de homes.

Outre le Valais, le canton de Vaud dispose de ses propres projections démographiques. "Spécialiste en la matière, il réalise également sur mandat des projections pour les cantons de Genève et de Neuchâtel", a précisé Raphaël Bender.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes