Première législature de la nouvelle Constitution genevoise

A Genève, la première législature du Grand Conseil à l'enseigne de la nouvelle Constitution s'est ouverte jeudi avec la prestation de serment des 100 députés élus le 6 octobre. Au total, 57 d'entre eux ont siégé lors de la précédente législature.

Sur les 43 nouveaux venus, 9 sont d'ex-constituants et 10 d'anciens députés. Par ailleurs, deux des nouveaux élus sont d'anciens conseillers d'Etat, à savoir le MCG Philippe Joye, transfuge du PDC, et l'élu d'extrême gauche Christian Grobet. Par ailleurs, ce nouveau Parlement ne totalise plus qu'un quart de femmes, soit quatre de moins que lors de la précédente législature.

Le Parlement genevois reste aux mains de la droite. Cette majorité est confortable même sans les 20 députés du MCG, qui se dit ni de droite ni de gauche. Le parti anti-frontaliers siège toujours à l'extrême droite de l'hémicycle.

L'élection à la présidence du Grand Conseil n'a pas été disputée. L'ex-premier vice-président Antoine Droin, premier des viennent-ensuite des socialistes et qui siège grâce au retrait d'un collègue, a lui été élu à l'unanimité des bulletins valables.

Conformément à la tradition, cette séance extraordinaire était convoquée par le doyen d'âge du Grand Conseil. L'UDC Michel Amaudruz, âgé de bientôt 74 ans, était secondé par la benjamine du Parlement, la socialiste Caroline Marti, 24 ans.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus