Médecine pénitentiaire réorganisée en Valais

Le Valais a réglé les points de friction entre les soins à apporter aux détenus et les contraintes sécuritaires. Les responsabilités du corps médical et de l'Etat ont été définies dans une convention qui prendra effet au 1er janvier 2014.

"Jusqu'à présent, la santé et la sécurité n'avaient pas de réelle culture de coopération", a déclaré mercredi lors d'une conférence de presse le président du conseil d'administration de l'Hôpital du Valais (HVS) Charles Kleiber. Avec cette convention, les règles du jeu sont clarifiées.

Le secret médical est garanti dans les limites du code pénal. Il existe toujours une zone grise, mais la convention prévoit une transmission des informations entre le personnel sanitaire et carcéral.

Les prestations pourront être améliorées, auprès des jeunes détenus notamment. La convention permet de renforcer la prise en charge psychiatrique, a précisé Benjamin Brägger, l'expert chargé d'un audit du système carcéral valaisan.

Le minimum à bas prix

La convention est signée entre l'Hôpital du Valais, le département cantonal de la sécurité et celui de la santé. Elle retient comme principe de base l'équivalence des soins. Les frais seront facturés aux assureurs. Les coûts non couverts par la LAMAL seront financés par les deux départements.

Un budget de 1,1 million de francs est prévu à ce titre en 2014. Il est un peu plus élevé que jusqu'à présent. Mais les coûts demeurent modérés tout en assurant à la médecine pénitentiaire les standards de qualité minimaux exigés.

La sécurité des visites médicales, d'un éventuel transport et séjour à l'hôpital est aussi réglée dans la convention. Pour le chef du département de sécurité Oskar Freysinger, la sécurité doit néanmoins primer sur un éventuel secret médical en cas de risque.

Cette nouvelle organisation n'est certes pas une "Rolls Royce", a dit Charles Kleiber. "Mais c'est un véhicule tout-terrain solide qui nous permet d'avancer".

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus