Marché du travail: Simonetta Sommaruga et le Tessin discutent

Avant même l'introduction de contingents, le marché du travail tessinois devrait être mieux protégé contre les répercussions négatives de la libre circulation des personnes. Pour ce faire, la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga a promis d'examiner, de concert avec le canton, la marge de manoeuvre offerte par le cadre juridique actuel.

La cheffe du Département de justice et police (DFJP) était à Bellinzone pour une visite de travail. Elle a échangé avec le gouvernement tessinois sur la mise en oeuvre de l'initiative contre l'immigration de masse et sur la politique d'asile. L'exécutif cantonal a de nouveau fait part de ses exigences concernant les futurs contingents.

Le Tessin demande que l'on prenne en compte les travailleurs frontaliers dans les contingents et que l'on maintienne les mesures d'accompagnement, a déclaré Manuele Bertoli (PS) aux médias à la sortie de la rencontre. "Aucune décision n'a encore été prise", a pour sa part indiqué Mme Sommaruga.

Echange avec le Tessin important

Le Conseil fédéral souhaite présenter ses propositions pour la mise en application de l'initiative d'ici fin juin, a-t-elle poursuivi. "Jusqu'à ce que le nouvel article constitutionnel entre en vigueur, une phase d'incertitude est cependant inévitable."

Dans ce cadre, l'échange avec le Tessin est particulièrement important. Durant la rencontre, des propositions ont ainsi été faites afin de mieux protéger le marché du travail tessinois, en se basant sur les lois existantes. La conseillère fédérale a mentionné comme exemple un renforcement des contrôles.

Mieux utiliser les forces locales

Elle a également indiqué comme but à atteindre une revalorisation et une meilleure utilisation des forces de travail locales. Les femmes, notamment après un congé maternité, ainsi que les personnes de plus de 50 ans, devraient être mieux soutenues. Différentes idées vont désormais être testées.

Sur le thème de l'asile, la conseillère fédérale a estimé que la Suisse pourrait profiter de l'expérience du Tessin et du centre d'accueil de Chiasso (TI). "La politique migratoire a fait de grands progrès ces dernières années", selon elle. Et de citer les programmes d'occupation pour les requérants d'asile.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes