Logement et énergie pèsent toujours le plus sur le budget

Le revenu disponible des Suisses a progressé de 100 francs entre 2009 et 2011. Selon une enquête publiée vendredi par l'Office fédéral de la statistique (OFS), les ménages avaient 6750 francs à dépenser par mois il y a deux ans. Le logement et l'énergie restent la dépense la plus lourde des foyers avec 1475 francs.

En termes bruts, le revenu moyen s'est élevé à 9'604 francs, obtenus aux trois quarts via le travail. Pour la plus grande partie des Suisses, les revenus de la fortune ne jouent qu'un rôle secondaire. Seul un septième des ménages y ont puisé plus de 5% de leur rentrées d'argent. Les rentes et transferts sociaux constituent la deuxième source de revenu (19,3%).

Dépenses obligatoires

Les citoyens n'ont pu échapper à 2855 francs de dépenses obligatoires et réduit ainsi leur pécule d'un tiers. Les impôts viennent en tête avec 1145 francs mensuels (11,9%) devant les cotisations aux assurances sociales (presque 10%). Les primes d'assurance maladie ont grevé le budget de 5,8%.

Le reste a été consacré surtout à la consommation de biens et de services. Outre 15,4% pour le logement et l'énergie, les Suisses ont utilisé 8% de leur budget pour les transports, 6,8% pour l'alimentation et les boissons sans alcool, ainsi que 5,5% pour les services de restauration et d'hébergement. Les assurances non obligatoires ont fait disparaître 3,5% de l'argent disponible.

4400 francs de budget famille

Si l'on compare les données cumulées des trois années de l'enquête 2006-2009 à celles de l'enquête 2009-2011, le budget des familles avec enfants de la catégorie la plus pauvre est passé de 4030 francs à 4390 francs par mois, soit 9% de plus. Les familles avec enfants les plus riches ont disposé de 14'350 francs au lieu de 13'250 francs. L'amélioration résulte principalement de salaires à la hausse. Le revenu du travail est passé de 6680 francs à 7225 francs.

Au final, les ménages disposaient en 2011 en moyenne de 1210 francs par mois à épargner. Ceux dont le revenu brut était inférieur à 4900 frans n'ont toutefois pas pu faire des économies. Parmi eux, une part de plus en plus importante de retraités (64%), qui financent une partie de leurs dépenses en puisant dans leur fortune.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus