Les partis politiques essaient de regarder au-delà du 9 février

Les partis politiques reviennent aujourd'hui sur le scrutin du 9 février, en particulier l'immigration de masse, mais ils regarderont aussi au-delà. Les délégués du PLR à Schwanden (GL), du PDC à Berne, du PBD à Thoune (BE) et du PCS à Fribourg se réunissent en assemblée.

Les délégués du PLR débattront de l'initiative UDC "contre l'immigration de masse", du marché du travail et du logement. Les deux représentants du parti au Conseil fédéral, Didier Burkhalter et Johann Schneider-Ammann, seront présents.

Le parti a choisi d'organiser sa rencontre dans le canton de Glaris où se déroule dimanche l'élection complémentaire pour désigner un successeur au conseiller aux Etats libéral-radical Pankraz Freitag, décédé subitement en octobre. Son candidat Thomas Hefti est opposé au président du PBD Martin Landolt.

Programme adapté pour le PDC

Le PDC, à Berne, va soumettre son nouveau programme adapté au goût du jour. La plate-forme électorale pour les élections fédérales de 2015 sera développée sur la base de ce nouveau programme. Le PDC se dit favorable à un deuxième tube au Gothard et réaffirme son opposition au mariage homosexuel.

Sur la question européenne, le PDC privilégie la voie bilatérale rénovée. Il reste toutefois opposé au fait que l'interprétation du droit régissant les relations Suisse-UE soit laissée à la Cour de justice de l'Union européenne.

Année-clé pour le PBD

Le PDB, qui se réunit à Thoune, s'est déjà prononcé à l'unanimité contre l'initiative en faveur de l'immigration de masse lors d'une réunion précédente. Il se débattra samedi des deux autres objets soumis au vote le 9 février, le financement de l'avortement par l'assurance de base et le projet de financement ferroviaire.

Il empoignera aussi le sujet du salaire minimum, un objet qui sera soumis plus tard au peuple et dont la direction du parti ne veut pas entendre parler.

Pour le PBD, 2014 aura valeur de test, avant les élections fédérales de 2015: des élections cantonales auront lieu dans les trois cantons où le PBD a vu le jour, à Berne, Glaris et dans les Grisons. Bien placé dans les Parlements de ces trois cantons (3e groupe en importance), il devra défendre des places dans les exécutifs (2 sièges dans les Grisons et un à Berne et Glaris).

Un nouveau nom pour le PCS

A Fribourg, le Parti chrétien-social (PCS) réunit ses troupes. Il prendra officiellement position sur les trois sujets soumis au vote le 9 février. Il devrait se prononcer contre l'initiative UDC "Contre l'immigration de masse", pour le financement ferroviaire et contre le retrait de l'avortement de l'assurance de base.

Le PCS adoptera encore formellement son nouveau nom: Centre Gauche PCS. Suisse"Ce devrait être une formalité", a précisé Célestin Taramarcaz, secrétaire politique du PCS-Valais.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus