Les évadés fiscaux américains apprécient la Suisse

Plus de 40% des Américains qui ont caché leur argent hors de leur pays l'ont fait sur un compte en Suisse, selon une étude concernant la première amnistie fiscale partielle américaine de 2009. Les données ont été analysées par la Cour des comptes des Etats-Unis.

L'enquête a été menée sur demande de la commission d'enquête ad hoc du Sénat américain. Les données laissent peu de place à l'interprétation: 5427 des 12'900 comptes analysés se trouvaient en Suisse. Près de 8% étaient en Grande-Bretagne, et des établissements situés au Canada, en France, en Israël et en Allemagne cachaient chacun 4% des comptes.

L'amnistie fiscale américaine promettait aux fraudeurs des amendes réduites et une exemption de peine de prison en échange de la régularisation de leurs avoirs. Plus de 40'000 contribuables se sont annoncés, ce qui a permis aux Etats-Unis de récupérer 5,5 milliards de dollars (4,9 milliards de francs).

Le fait que la Suisse apparaisse en tête de la liste devrait surprendre peu de monde. L'ensemble des banques suisses et leurs clients étaient dans le viseur des autorités américaines après la découverte des premiers cas de fraude fiscale réalisés avec la complicité de l'UBS.

Les chiffres, que l'ats a obtenus, ont été rendus publics vendredi sur le site du Tagesanzeiger.ch/Newsnet. Pour la première fois, cette étude révèle que plus de la moitié des fraudeurs américains viennent de Californie, de New York et de Floride. La Californie arrive en tête avec 24%, suivi de New York (18%) et la Floride (10%).

Aussi la destination privilégiée des Français

Quelque 80% des 15'813 évadés fiscaux français ayant demandé fin juin 2013 la régularisation de leur situation avaient un compte bancaire en Suisse. Ce chiffre a été articulé mercredi dernier par le ministre du Budget Bernard Cazeneuve.

L'administration fiscale française a déjà récupéré 230 millions d'euros à partir de 21 dossiers complets, dont 70 millions sur 241 qui ont été traités.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes