Les étés seront plus longs en Suisse dans cinquante ans

Bonne nouvelle pour les amateurs de terrasses et de baignade: les étés suisses devraient s'allonger d'ici 2060, confirme une étude de MétéoSuisse. Dans 50 ans, le Plateau devrait bénéficier de 65 à 80 jours estivaux par an, contre cinquante actuellement.Les habitants des vallées jurassiennes devraient gagner un mois d'été d'ici 2060, prévoient par ailleurs les météorologues de l'Office fédéral. Et le Plateau devrait prendre des allures méditerranéennes."Dans plusieurs endroits du Plateau, les conditions de température en 2060 pourraient correspondre à celles que l’on trouve actuellement au sud des Alpes", écrivent les auteurs du rapport. En été 2060 à Genève, on pourrait avoir aussi chaud qu’aujourd’hui à Milan. Bâle ou Neuchâtel sont elles susceptibles d'atteindre des températures aussi élevées que Lugano et Locarno.Au Tessin, près des lacs, les températures atteindront en 2060 une moyenne annuelle de 23 à 24°C. Cela correspond aux valeurs actuelles de Florence et de Rome, souligne le rapport.Parallèlement à cette hausse des températures, il est fort probable que les vagues de canicule deviennent nettement plus nombreuses, prévient Météosuisse. Les sécheresses devraient elles aussi se multiplier en période estivale, mais restent improbables durant les autres saisons.Moins de neige en hiverSi les beaux jours devraient être plus nombreux, les flocons devraient eux se raréfier. Le nombre de jours de neige sur le Plateau devrait tomber à moins de dix jours par an, contre jusqu'à 30 aujourd'hui. En plaine tessinoise, on ne comptera plus qu'un seul jour de neige.Dans les Alpes, les météorologues de l'Office fédéral prévoient une diminution de l'enneigement de près de 30 jours par an. Il ne neigera plus que 80 jours en moyenne par an en de nombreux endroits.Les modèles climatiques utilisés pour effectuer l'étude reposent sur des calculs complexes effectués par des ordinateurs très puissants, précisent les auteurs du rapport. Les modèles ne restant toutefois qu'une représentation simplifiée du climat réel, les prévisions à long terme recèlent des incertitudes, rappellent-ils. /SERVICE


Actualisé le