Les comptes de la ville de Zurich nettement meilleurs que prévu

Les comptes 2013 de la ville de Zurich sont meilleurs que prévu. Ils bouclent sur un excédent de recettes de 14 millions de francs. Le budget prévoyait un déficit de 95 millions. Ce qui n'empêche pas des mesures d'économies prévues pour ces prochaines années.

Les dépenses totales se sont élevées à 8,215 milliards, pour des recettes de 8,229 milliards, a indiqué mardi le directeur des finances, le Vert Daniel Leupi, devant les médias. Ce bon résultat s'explique principalement par des charges d'exploitation plus basses que prévu (-153 millions) et des recettes sur les ventes de terrains plus élevées qu'attendu (+73 millions).

Les rentrées fiscales (2,489 milliards de francs), bien qu'inférieures de 47 millions par rapport au budget, ont atteint un nouveau record. Les revenus provenant des personnes physiques se sont élevés à 1,352 milliard (121 millions de moins que prévu au budget) et ceux des personnes morales à 660 millions.

"Rien à cacher"

Les autorités à majorité rose-verte, qui avaient repoussé la présentation des comptes au-delà des élections du 9 février, avaient été soupçonnées de cacher quelque chose. Daniel Leupi s'est fait un plaisir de balayer ces critiques, en expliquant que le report résultait d'un problème de délai et que les autorités savaient alors déjà que le résultat serait meilleur que prévu. "Nous n'avions rien à cacher, et la ville n'est pas en faillite!", a lancé le magistrat.

Sombres perspectives

Les autorités s'attendent à d'importants déficits pour ces prochaines années. Elles veulent par conséquent prendre des mesures afin de rétablir l'équilibre des finances communales d'ici 2017, dans un contexte d'incertitude économique.

Daniel Leupi a présenté les différents moyens pour redresser la barre. Il s'agira d'abord d'appliquer une plus grande rigueur dans les dépenses au quotidien. La Ville va également réexaminer ses prestations pour tenter de les réduire. Les différents départements se verront en outre imposer un plafond de dépenses plus strict.

Mais le responsable des finances a aussi évoqué une hausse des recettes, par exemple en relevant certains émoluments qui ne couvrent pas encore les coûts effectifs. Une augmentation des impôts est aussi envisageable.

/ATS


Actualisé le

 

Articles les plus lus