Les cantons alpins réclament plus d'autonomie

L'initiative sur les résidences secondaires continue de préoccuper les cantons alpins deux et demi après son acceptation. Ils demandent que la Confédération s'immisce moins dans les projets les concernant et réclament plus de marge de manoeuvre dans la législation afin qu'elle soit mieux adaptée à leurs besoins.

"Nous aimerions avoir plus d'influence sur chaque affaire touchant à notre région", a déclaré devant la presse à Berne Mario Cavigelli, président de la Conférence gouvernementale des cantons alpins. Concernant les conséquences de l'initiative Weber sur l'espace alpin, Mario Cavigelli estime que les cantons alpins ont été contraints de mettre en place des "normes qui vont trop loin".

Aux yeux du président du gouvernement grison, il s'agit de projets centralistes décidés unilatéralement par les autorités fédérales. Et Mario Cavigelli de citer le choix des sites retenus pour les centrales éoliennes et solaires. Ce genre de projets est souvent lancé sans tenir compte des conséquences pour l'espace alpin, critique-t-il.

Mieux écoutés

Les requêtes des cantons alpins doivent également être mieux prises en compte lors de la mise en place de projets liés au transport urbain, a de son côté fait remarquer le président du gouvernement valaisan Jean-Michel Cina.

Les revendications des sept cantons alpins ne tombent pas par hasard. Au cours des dernières décennies, les conditions cadres pour le développement de l'espace alpin ont radicalement et fondamentalement changé. "Beaucoup d'emplois ont disparu ou ont été déplacés vers les agglomérations", a illustré Mario Cavigelli.

Exode rural

Les conséquences sont frappantes: exode significatif des jeunes et vieillissement de la population alpine. La lutte entre les régions de plaine et alpines s'est accrue. La cohésion sociale et politique est davantage exposée qu'auparavant, a encore averti Mario Cavigelli.

Pour contrer ces risques, les cantons alpins ont présenté une nouvelle prise de position. Ce document concrétise la signification du concept de "territoire suisse" pour les régions alpines, a expliqué Mario Cavigelli.

Pas seulement pour les vacances

Une partie de la population oublie souvent que l'espace alpin n'est pas seulement une région reposante, mais "un cadre de vie, un espace économique et culturel", a-t-il ajouté.

Les représentants des cantons du Tessin, d'Uri, du Valais, des Grisons, de Glaris, d'Obwald et de Nidwald proposent par exemple que l’utilisation de la force hydraulique dans l’espace alpin soit optimisée et développée. Mais pour pouvoir exploiter efficacement leurs ressources naturelles, les cantons alpins réclament moins de restrictions et davantage d'autonomie.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes