Les BKW ne feront pas d'économies en fermant Mühleberg

Les BKW ne feront pas d'économies en fermant plus vite la centrale nucléaire de Mühleberg (BE). Ils verront leurs contributions annuelles aux fonds de désaffectation et de gestion des déchets augmenter. Le groupe bernois devra payer en six ans ce qu'il aurait versé sur neuf années.

"Les contributions aux fonds seront recalculées pour Mühleberg, car elles étaient planifiées pour une période de 50 ans, soit jusqu'en 2022", a indiqué à l'ats Marianne Zünd, porte-parole de l'Office fédéral de l'énergie (OFEN). L'arrêt précoce de la centrale n'aura donc pas d'effets sur les fonds, ni sur les montants payés par les quatre autres exploitants.

Une fois Mühleberg débranchée commencera la phase post-exploitation. "C'est la période la plus critique, car les matériaux combustibles des réacteurs, très radioactifs, sont évacués", a déclaré à l'ats David Suchet, porte-parole de l'Inspection fédérale de la sécurité nucléaire (IFSN). Cette phase dure cinq ans et coûte 320 millions de francs.

490 millions pour le démantèlement

Vient ensuite le démantèlement du site. Il dure environ dix ans et coûte 490 millions, selon l'IFSN. Ces deux phases sont couvertes par le fonds de désaffectation, créé en 1984. A fin 2012, le capital accumulé se montait à 1,531 milliard de francs, alors que les coûts pour les cinq centrales sont estimés à 2,974 milliards.

Les résidus d'exploitation et des éléments combustibles irradiés après la mise hors service de Mühleberg seront financés par le fonds de gestion des déchets, datant de 2000. Pour la centrale bernoise, les coûts déjà dépensés et à venir s'élèvent à 1,8 milliard.

Pour toutes les centrales, le montant devrait s'élever à 15,970 milliards. La gestion des déchets radioactifs produits pendant l'exploitation de la centrale est payée par les exploitants, soit près de 5,1 milliards jusqu'en 2012 et 7,5 milliards d'ici le débranchement de tous les réacteurs.

Le fonds de gestion doit couvrir les 8,4 milliards restants. Fin 2012, le capital accumulé se montait à 3,22 milliards.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes