Le nombre de citadins à l'aide sociale en hausse de 2,5% en Suisse

Le nombre de personnes à l'aide sociale dans les villes suisses a augmenté de 2,5% l'an dernier. Les cités en comptant le plus sont Bienne (11,7%) et Lausanne (10,2%). Les taux les plus bas ont été recensés à Uster (ZH) et Zoug (tous deux 1,5%).

Le taux d'aide sociale n'est pas uniforme dans son évolution, a indiqué l'Initiative des villes pour la politique sociale. Il augmente dans sept villes, baisse dans quatre et reste constant à Zurich et Berne. Ces différences s'expliquent par la taille, la situation et l'environnement socio-économique des villes: les grandes agglomérations qui jouent un rôle de centre présentent par exemple un taux d'aide sociale plus élevé que les petites villes.

En outre, le taux de personnes à l'aide sociale est généralement plus haut en Suisse romande qu’en Suisse alémanique. Les groupes à risques sont toutefois identiques au niveau national: familles monoparentales et leurs enfants, couples avec plus de trois enfants, personnes faiblement qualifiées, étrangers et personnes en fin de droits de plus de 55 ans.

Environ 50 à 60% des adultes bénéficiaires de l'aide sociale ne disposent d'aucune formation professionnelle.

Hausse de la durée de perception

Par ailleurs, la durée moyenne de perception de l'aide sociale a nettement augmenté ces dernières années en Suisse. Elle est passée de 32 mois en 2006, à 38 mois l'année dernière. En outre, la part de personnes touchant des aides pendant plus de cinq ans s'élève déjà entre 20 et 30% dans la plupart des villes.

En particulier, les personnes qui présentent des handicaps sur le plan professionnel ou de la santé sont aujourd'hui plus souvent et davantage dépendantes de l'aide sociale qu'il y a 15 ans, souligne le rapport sur les indicateurs sociaux.

En effet, suite à plusieurs révisions de l'assurance invalidité (AI) et l'assurance chômage (AC), une longue période de chômage ou des risques en matière de santé sont davantage pénalisants aujourd'hui qu'autrefois. De même, le changement structurel de l'économie a rendu l'accès au marché du travail plus difficile pour les personnes faiblement qualifiées.

Meilleure répartition des coûts

Pour l'Initiative des villes pour la politique sociale, la Confédération devrait coordonner les différents systèmes de sécurité sociale, avec la participation des villes, des cantons et des communes. Les coûts devraient également être répartis "plus équitablement".

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes