Jura: l'idée de réunification officiellement enterrée

Le gouvernement jurassien enterre officiellement l'idée d'une réunification entre le Jura et le Jura bernois. Il estime que "la reconstitution de l'unité historique du Jura ne constitue plus un objectif à atteindre" et souhaite désormais une normalisation des relations avec le canton de Berne.

Dans un rapport transmis au Parlement, le gouvernement jurassien tire ainsi les enseignements du scrutin du 24 novembre sur l'avenir institutionnel de la région. Pour rappel, les citoyens du Jura bernois avaient lors refusé par près de 72% des voix de lancer un processus devant mener à la création d'un canton réunissant les deux régions. Les Jurassiens avaient eux approuvé l'idée par 76% de "oui".

"Ce résultat très net signifie l’échec de la politique de réconciliation menée par les autorités cantonales jurassiennes depuis 1979", analyse le gouvernement jurassien. Et de conclure que désormais "la perspective d’un avenir en commun ne doit même pas être envisagée".

Nouvelles collaborations

Ainsi libéré de "la dette morale" du passé, le canton "gagne en liberté d'action" et peut désormais se tourner vers d'autres collaborations, avec le canton de Neuchâtel par exemple. Il compte cependant s'engager dans le processus communaliste "afin que la ville de Moutier devienne jurassienne", affirme-t-il dans le rapport.

Les relations entre les cantons du Jura et de Berne vont se normaliser, "les collaborations ne devant plus être perçues et vécues dans la perspective d'un rapprochement institutionnel".

Fin des collaborations spécifiques

Afin de tourner définitivement la page, l'exécutif jurassien a réévalué toutes les collaborations interjurassiennes et décidé de dissoudre une dizaine d'entre elles, dans l'immédiat ou dans un proche avenir.

Il confirme la dissolution de l'Assemblée jurassienne (AIJ) ainsi que des postes et institutions qui en dépendaient, mais se refuse à définir un calendrier précis. Une dissolution à fin 2015 a déjà été évoquée.

Certaines commissions, notamment culturelles, seront maintenues et pourraient être élargies au canton de Neuchâtel, note le rapport. Les éventuels coûts ou économies de ces modifications n'ont pas été évalués, a précisé un porte-parole du gouvernement.

/ATS


Actualisé le