Gens du voyage: le camp évacué après plusieurs rebondissements

Après avoir été soumis à un contrôle d'identité, les gens du voyage ont été conduits jeudi soir sur la commune d'Ittigen (BE), dans une salle de gymnastique. Le campement de protestation du Wankdorf sera ensuite déblayé.

"Une tâche difficile, mais que nous devons mener à bien", a indiqué en fin d'après-midi le commandant de la police sur place, Stefan Blättler. Plusieurs centaines de membres de la communauté yéniche occupaient depuis mardi l'emplacement réservé aux visiteurs de la foire de printemps BEA qui débute vendredi. Ils entendaient ainsi protester contre la pénurie de places d'accueil en Suisse.

Regain de tension

La situation au camp des protestataires s'est tendue jeudi vers 16h00, lorsque la police a exigé via un appel au mégaphone le départ des gens du voyage présents sur le site.

Les occupants ont laissé passer l'ultimatum. La police a alors cerné les lieux. Elle a demandé aux protestataires de se soumettre spontanément à des contrôles d'identité. Les contrôles ont eu lieu sur place, mais en dehors du camp, a constaté un correspondant de l'ats sur place. Les gens du voyage ont été contrôlés en petits groupes ou en famille.

Evacuation illégale

Jeudi matin, les occupants du site avaient renoncé à laisser les clés de contact à l'intérieur des véhicules comme ils l'avaient promis, estimant que l'évacuation du campement de protestation était illégale. La Ville de Berne avait décidé mercredi de procéder à cette opération policière après l'échec des discussions avec des représentants des gens du voyage.

La police avait commencé tôt jeudi à évacuer le campement, avant que cette opération ne soit suspendue en raison de la résistance passive affichée par les occupants du site.

Plusieurs camions de sociétés privées de dépannage, qui étaient arrivés à l'aube pour déplacer les véhicules des gens du voyage, avaient ensuite quitté le campement, a constaté l'ats sur place.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes