Le PDC renonce à diriger la campagne pour les Gripen

Le PDC renonce à diriger la campagne en faveur de l'achat des Gripen, en votation le 18 mai. La présidence du parti a pris cette décision vendredi à l'unanimité en raison des "discussions sur l'ingérence" de la Suède, du constructeur Saab et d'Ueli Maurer dans la campagne.

Dans un communiqué diffusé samedi, le PDC évoque aussi "le manque de clarté qui subsiste au sujet du financement de la campagne". La campagne référendaire est gérée par l'Association pour une Suisse en sécurité (ASeS). Le PDC, en accord avec les présidents des autres partis bourgeois, s'était déclaré d'accord d'en assumer la conduite.

Le PDC reproche au ministre de la défense Ueli Maurer un manque de clarté dans sa stratégie. Le Département fédéral de la défense (DDPS) et l'ambassade de Suède à Berne ont collaboré étroitement pour préparer la votation sur l'achat des avions de combat Gripen, selon la radio publique suédoise.

Actions promotionnelles

Les documents publiés par Radio Sweden sont accompagnés de listes d'activités prévues avant la votation. Parmi les actions promotionnelles envisagées figurait le survol de la course de ski du Lauberhorn (BE) ou même une visite en Suisse de la princesse Victoria. Le survol du Lauberhorn avait été abandonné car l'armée de l'air suisse s'y était opposée.

La parade aérienne sera rattrapée à la mi-mars lors de la finale de Coupe du monde de ski alpin à Lenzerheide (GR). Selon le département de la défense, elle aura lieu dans le cadre d'un entraînement commun des armées de l'air des deux pays, prévu de longue date.

Contacté par l'ats, le ministre suédois des affaires étrangères Carl Bildt avait réagi mercredi en affirmant que le gouvernement suédois ne participait pas à la campagne, mais qu'une "coordination entre la Suède et la Suisse sur un sujet aussi important était tout à fait normale".

Surprise et incompréhension

La décision du PDC a fortement surpris Denis Froidevaux, vice-président de l'Association pour une Suisse en sécurité (ASeS) et président de l'Association suisse des officiers (SOG), qui n'était pas au courant de l'information. Il juge la décision "ni responsable, ni très courageuse".

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes