Le Conseil fédéral prévoit une réforme musclée des retraites

Les femmes devraient travailler jusqu'à 65 ans comme les hommes et tout le monde cotiser davantage pour toucher la même rente. Le Conseil fédéral a fixé vendredi les grands axes d'une réforme qui doit consolider le système des retraites, mais comprend des éléments explosifs. Le plan suscite comme prévu des réactions très discordantes

Le premier axe fixé est l'abaissement du taux de conversion du capital LPP en rente de 6,8 à 6% en quatre ans. "Ce n'est pas rien", a reconnu le ministre des affaires sociales Alain Berset. Et le socialiste de rappeler le sec refus du peuple en 2010 à la réduction du taux à 6,4%.

Prises isolément, certaines mesures sont impopulaires, mais le Conseil fédéral a choisi une approche globale. L'objectif est de maintenir le niveau des rentes en consolidant la situation financière des deux piliers. Faute de réforme, l'AVS présentera un déficit de 9 milliards par an dès 2030 compte tenu de l'évolution démographique, a averti le conseiller fédéral.

Rente pleine à 65 ans

L'âge de référence de la retraite sera harmonisé à 65 ans. L'année supplémentaire de vie active demandée aux femmes pour obtenir une rente pleine sera introduite progressivement en six ans.

Des contreparties sont prévues. Les personnes aux bas revenus ou ayant cotisé avant 21 ans à l'AVS pourraient prendre une retraite anticipée sans réduction des rente, ou alors avec une très faible baisse, ce qui profiterait surtout aux femmes.

Retraite anticipée plus tard

Les personnes qui le souhaitent pourront comme actuellement continuer à travailler jusqu'à 70 ans. Un départ individuel en retraite anticipée ne sera en revanche plus possible avant 62 ans.

Ces mesures seront toutefois insuffisantes pour maintenir les niveaux des rentes. Pour le 2e pilier, les cotisations des assurés de 35 à 54 ans prendront l'ascenseur.

Hausse de la TVA

Sauf pour les indépendants, les cotisations AVS seront inchangées. Mais le Conseil fédéral veut assurer le financement du 1er pilier par un relèvement de la TVA de deux points maximum. Cette mesure toucherait tout le monde et permettrait de ne pas faire peser la charge sur les seuls actifs.

Un mécanisme d'intervention est également prévu pour assurer la survie du fonds AVS. Le gouvernement devrait proposer des mesures d'assainissement si le fonds de compensation risque de ne plus couvrir 70% des dépenses.

Réactions discordantes

Le plan d'Alain Berset suscite des réactions très discordantes. La gauche et les syndicats rejettent toute baisse des rentes et ne veulent pas d'un relèvement de l'âge de la retraite pour les femmes. La droite elle milite pour une réforme accélérée.

/SERVICE


Actualisé le