La partie s'annonce difficile pour les Gripen

L'envol du Gripen le 18 mai est tout sauf acquis. Le ministre de la défense Ueli Maurer a fort à faire pour convaincre la population de la nécessité d'acquérir un nouvel avion de combat. Les remous entourant ce dossier depuis le début pourraient être fatals.

En 1993, le FA-18 a été accepté par 57,2% des votants. Vingt et un an plus tard, le peuple est appelé à se prononcer sur la création d'un fonds. Alimenté pendant dix ans par une ponction moyenne et annuelle de 300 millions dans le budget militaire, il financera l'achat de 22 jets au Suédois Saab pour 3,126 milliards de francs.

Jouer la sécurité

Le premier sondage de l'institut gfs.bern donne le "non" au Gripen à 52%, en avance de dix points sur le "oui". Pour remonter la pente, Ueli Maurer et la droite jouent la sécurité et peuvent mettre en exergue les tensions en Ukraine. Ils aimeraient faire de ce scrutin un nouveau vote de principe sur l'armée.

Avec la mise au rebut des 54 vieux Tiger, la Suisse a besoin de nouveaux avions pour assurer sa sécurité aérienne ces 30 prochaines années. Les 32 FA-18 ne suffiront pas.

L'achat est d'autant plus judicieux, aux yeux de ses partisans, que le modèle choisi est moins cher que ses concurrents, Rafale et Eurofighter. La Suède, pays neutre, est un partenaire fiable. Et d'autres pays, comme le Brésil, font confiance au Gripen.

Le camp du "oui" fait aussi miroiter, comme en 1993, les retombées économiques. Saab et les autres fournisseurs européens se sont engagés à passer des commandes à des entreprises suisses pour 2,5 milliards de francs.

La Suisse romande devrait en bénéficier à hauteur de 30%. Mais l'impact réel des affaires compensatoires donne matière à polémique.

Fortes critiques

Le camp du "non" ratisse plus large que la gauche. Les Vert'libéraux ont participé au lancement du référendum et ont rallié plusieurs bourgeois, comme les femmes PDC, à leur cause. Pour les opposants, il n'est pas question de dépenser autant d'argent.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes