La nouvelle loi sur les épidémies attaque la liberté individuelle

La nouvelle loi sur les épidémies, trop vague et équivoque, s'en prend à la liberté individuelle des citoyens et au rôle des médecins de famille. Le comité référendaire, emmené par le naturopathe Daniel Trappitsch, a expliqué jeudi à Berne pourquoi il juge le texte qui sera soumis au peuple le 22 septembre indigne de la démocratie directe.

Cette loi amènera l'Etat à créer "un jardin d'enfants sécuritaire qui court-circuitera le rôle des médecins de famille", dénonce le médecin Dominique Bättig, ancien conseiller national UDC jurassien et responsable de la campagne des référendaires pour la Suisse Romande. Il s'agit d'une "violation de la souveraineté des cantons", compétents pour les questions de santé publique.

Des experts en droit parlent même d'une loi "extrêmement totalitaire", souligne pour sa part Daniel Trappitsch, président de l'association "Netzwerk Impfentscheid" (réseau de décision sur les vaccins). Les obligations de vaccination ne devraient s'appliquer que lorsque le danger est élevé pour une grande partie de la population, et non dans des "situations particulières".

Les référendaires dénoncent ce type de tournures équivoques et les termes juridiques "mal définis" utilisés dans les articles de loi. Si l'Organisation mondiale de la santé (OMS) perçoit une situation similaire à celle de quelques cas de rougeole durant l'été 2013 en Suisse, l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) pourra déjà proclamer un état d'urgence épidémiologique, regrette Daniel Trappitsch.

www.non-a-la-vaccination-obligatoire.ch

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes