La "Weltwoche" blanchie dans l'affaire Hildebrand

Pour le Conseil de la presse, les médias ont joué leur rôle de "chiens de garde de la démocratie" dans l'affaire Hildebrand. Cela vaut aussi pour la "Weltwoche", dont les révélations ont finalement conduit à la démission du président de la Banque nationale. Le magazine a cependant commis plusieurs fautes.Le Conseil suisse de la presse a publié sa prise de position jeudi lors de sa conférence de presse annuelle à Berne. A ses yeux, il est faux de faire porter le chapeau de la démission de M. Hildebrand, le 9 janvier, à la "Weltwoche" et à sa manière controversée de rapporter les faits. /SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus