La Poste contrainte de revoir ses tarifs à la baisse

La Poste et le Surveillant des prix ont trouvé un accord dans le litige qui les oppose depuis fin 2012. Le géant jaune renonce à diverses augmentations de prix prévues et baisse le prix de certains produits dans le domaine des lettres et colis. La plus grande partie des mesures entrera en vigueur le 1er avril.

Des baisses de prix, l'abandon de hausses prévues, la diminution du volume minimal d'unités permettant de bénéficier des conditions des envois en nombre ainsi que la distribution de quatre timbres gratuits à chaque ménage sont notamment prévus. Tant la clientèle privée que commerciale profitent de cet accord, indique un communiqué de M. Prix publié mardi.

Stefan Meierhans négocie depuis fin 2012 avec La Poste pour obtenir des diminutions de prix. Une analyse a montré que les tarifs du secteur logistique étaient trop élevés.

Comme La Poste a d'abord refusé de donner suite à cette requête, Monsieur Prix s'est vu contraint d'ouvrir une procédure formelle de décision. Le règlement amiable obtenu, valable jusqu'à fin mars 2016, remplit en grande partie les exigences du Surveillant des prix.

Baisses tous azimuts

Ainsi, les prix du courrier A et B ainsi que des colis suisses ne seront pas augmentés avant 2016. En outre, la "Maxilettre internationale", devenue "MiniPac International", sera à nouveau offerte sous forme non recommandée pour 6 francs de moins (39%).

Pour la clientèle commerciale, le volume minimal d'unités permettant de bénéficier des conditions des envois en nombre est abaissé de 500 à 350. L'unité coûte, dans son format le meilleur marché (carte postale), 47 centimes (par rapport au prix normal de 85 centimes en courrier B). Une économie pouvant aller jusqu'à 45% peut ainsi être obtenue.

Pour la clientèle privée, la Poste baisse les prix pour le renvoi de colis de 1 franc 50, soit 21%, et la taxe de dédouanement de 50 centimes, soit jusqu'à 3,5%. La redevance unique pour l'ouverture d'une procuration permanente au guichet sera réduite de 6 francs et coûtera 30 francs. Enfin, chaque ménage recevra, en 2014, quatre timbres poste d'une valeur unitaire d'un franc.

Situation solide

Dans un communiqué, La Poste a indiqué qu'en considération de sa situation économique actuellement solide, l'accord avec le Surveillant des prix représente une solution viable. Le compromis mis en place évite également une longue procédure.

Néanmoins, les bénéfices baisseront de manière très nette au cours des prochaines années. Les motifs en sont le volume des lettres en constante régression, la concurrence croissante sur le marché de la logistique ainsi que l'assujettissement à l'impôt induit par la transformation de La Poste en société anonyme, conclut le géant jaune.

/ATS


Actualisé le