L'augmentation à 100 francs est "modérée" par rapport aux voisins

La hausse à 100 francs du prix de la vignette est modérée en comparaison avec l'étranger, estime le Conseil fédéral. Dans de nombreux pays européens, les automobilistes paient des taxes basées sur la distance parcourue ou, comme en Suisse, des redevances. L'utilisation des routes n'est gratuite qu'en Allemagne, en Suède et au Luxembourg.

En Allemagne, le péage s'applique uniquement aux véhicules dont le poids total autorisé est au moins de douze tonnes. La vignette autoroutière annuelle coûte par contre 95 euros (117 francs) en Slovénie et 80 euros (100 francs) en Autriche. Dans ce dernier pays, des tarifs spéciaux s'appliquent en outre aux passages transalpins dont la construction a été très coûteuse.

En France, l'utilisation de nombreuses autoroutes, quand ce n'est pas pour traverser ou contourner des agglomérations, est soumise à une redevance variant selon le tronçon et le type de véhicule. Certains ponts, viaducs et tunnels font l'objet d'un péage. Un aller-retour Paris-Marseille (1534 kilomètres d'autoroute) équivaut par exemple à 142 francs, alors que l'aller-retour Genève-Bordeaux (1346 km d'autoroute) coûte 162 francs.

En Italie, le montant du péage, qui concerne seulement certaines autoroutes, varie selon la distance, les routes utilisées et la classe du véhicule. L'aller-retour Turin-Naples (1710 km d'autoroute) revient à l'équivalent de 164 francs, celui entre Milan et Rome (1136 km d'autoroute) à 95 francs.

Alors que les Espagnols paient pour toutes les autoroutes construites et exploitées par des entreprises privées, le tarif pour les autoroutes croates varie aussi en fonction du tronçon et du type de véhicule. L'aller-retour Barcelone-Séville (1996 km d'autoroute) revient à 101 francs, alors que celui entre Zagreb et Split (766 km d'autoroute) se monte à 62 francs.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes