L'accord de libre-échange Suisse-Chine évitera les urnes

Le peuple ne devrait pas se prononcer sur l'accord de libre-échange entre la Suisse et la Chine. Par 109 voix contre 52 et 21 abstentions, le Conseil national a refusé mardi de soumettre le traité au référendum facultatif. L'appui d'une partie de l'UDC n'a pas permis à la gauche de renverser la vapeur.

"Pourquoi le peuple devrait-il pouvoir se prononcer sur le prix de la vignette et non pas sur un traité économique d'une telle portée politique?", a demandé Jacqueline Fehr (PS/ZH). Pour elle, le souverain a autant le droit de s'exprimer sur l'interdiction des minarets que sur l'importation de fourrures douteuses ou de produits fabriqués dans des conditions humaines épouvantables.

"La démocratie ne doit pas s'arrêter devant la porte de l'économie", a réclamé la socialiste. Mais la majorité bourgeoise n'a pas été convaincue. La constitution ne prévoit pas de soumettre ce genre d'accord à votation, a signalé Christian Lüscher (PLR/GE) au nom de la commission.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes