L'Office de la statistique tente de mesurer le bien-être

La Suisse a un bon niveau de bien-être matériel et immatériel. Le degré de satisfaction de la population est d'ailleurs élevé. En 2013, près de trois personnes sur quatre se disaient très satisfaites de leur vie, selon l'Office fédéral de la statistique (OFS).

Les statisticiens ont mis au point pour la première fois un système d'indicateurs pour mesurer le bien-être. L'accent est porté sur les dimensions sociales, économiques et écologiques, tant au niveau matériel qu'immatériel, a indiqué lundi l'OFS.

Au niveau subjectif, 72,3% de la population affirme être satisfaite de sa vie. Mais le degré de satisfaction dépend des revenus. Vingt points séparent les moins bien lotis des plus nantis (62% de satisfaits contre 82%). Les personnes vivant en famille avec des enfants tendent aussi à être plus satisfaites que celles vivant seules.

Les disparités entre les sexes figurent parmi les indicateurs analysés. Les femmes consacrent environ 10 heures de plus que les hommes par semaine aux tâches ménagères. Naturellement, ces derniers sont nettement plus satisfaits de la répartition des travaux domestiques que les femmes.

L'OFS a renoncé à construire un "indice de satisfaction, voire un indice bonheur", qui ne rendrait pas compte de la complexité de la question, précise-t-il. Il préfère partir de l'idée que le bien-être n'est pas donné, qu'il doit être créé et qu'il faut pour cela mettre en oeuvre le capital économique, naturel, humain et social.

/ATS


Actualisé le

 

Articles les plus lus