L'Eglise suscite des critiques des catholiques suisses

Les catholiques suisses se montrent sceptiques face à certaines doctrines officielles de l'Eglise. Les critiques se concentrent sur les questions liées au couple, à la sexualité et à la contraception, selon un sondage mandaté par la Conférences des évêques suisses.

Une grande majorité des fidèles s'oppose à la doctrine officielle en matière de sacrement pour les couples divorcés et remariés. Environ 90% des 23'600 sondés souhaite une acceptation de ces couples par l'Eglise, écrit mardi l'Institut de sociologie pastorale suisse (SPI), responsable de l'évaluation du sondage.

La reconnaissance des couples homosexuels remporte également l'adhésion de 60% des sondés. On constate cependant une plus forte polarisation sur ce sujet, entre un net rejet et une claire approbation, indique le SPI.

La question controversée de la contraception révèle quant à elle "le désaccord dramatique et connu de longue date" entre la doctrine de l'Eglise, qui rejette le préservatif et la pilule, et la pratique des fidèles.

Rôle de la foi

Malgré ces critiques, la base des catholiques accorde toujours une grande importance au rôle de la foi au sein de la famille, ainsi qu'à l'éducation religieuse des enfants, ajoute l'institut.

Le SPI est un établissement de recherche soutenu par l'Eglise catholique de Suisse. Le nombre de sondés se monte à 23'600, dont 87% d'Alémaniques. La vaste majorité (92%) des participants est catholique.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes