Greenpeace: l'activiste Marco Weber ne regrette pas son engagement

L'activiste de Greenpeace Marco Weber "ne regrette pas" de s'être engagé pour l'Arctique. S'exprimant devant al presse pour la première fois depuis son retour de Russie, il a dit qu'il serait prêt à le refaire.

"J'ai participé avec beaucoup de conviction à l'action dans l'Arctique. Je suis profondément motivé à protéger cet écosystème unique", a déclaré Marco Weber. Il est aussi convaincu que l'action de Greenpeace a permis de faire connaître les problèmes liés à l'Arctique dans la population.

Marco Weber ne cache pas qu'il est aussi heureux d'être de retour à la maison. Il dit aussi avoir des sentiments partagés à propos de l'amnistie dont il a bénéficié. "Ça ne fait aucun sens que je sois gracié pour un délit pour lequel je n'ai pas été condamné", a-t-il déclaré.

Pour Markus Alleman, co-directeur de Greenpeace Suisse, le nom de Marco Weber est aujourd'hui en Suisse synonyme de protection de l'Arctique, d'actions pacifiques et de militantisme. "Son engagement désintéressé ne va pas de soi", a-t-il ajouté. Sans des activistes comme lui, Greenpeace n'existerait pas.

Long retour en train

Ne voulant pas revenir en avion, Marco Weber a voyagé de Russie en Suisse en train. Le trajet a duré 50 heures jusqu'à Zurich. C'est là qu'il a retrouvé sa famille et ses amis après trois mois "épuisants".

Le Zurichois a pu quitter la Russie à la fin de la semaine passée après trois mois en captivité. Il a été arrêté fin septembre avec 27 autres activistes de Greenpeace et deux journalistes par les autorités russes après une action contre une plateforme pétrolière dans l'Arctique.

Ils voulaient dénoncer l'exploitation d'hydrocarbures dans cette zone aux écosystèmes particulièrement fragiles. Les activistes ont d'abord été inculpés de piraterie, un crime passible de 15 ans de prison. Le chef d'inculpation a ensuite été modifié et requalifié en hooliganisme, un délit punit d'une peine maximale de 7 ans de prison.

Les activistes ont d'abord été détenus à Mourmansk, puis transférés à Saint-Pétersbourg. Ils ont finalement bénéficié d'une amnistie votée par le Parlement russe à l'occasion des 20 ans de la constitution. La Russie a mis officiellement fin aux poursuites.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes