Genève se dote d'un budget 2015 excédentaire de 13,7 millions

Le Grand Conseil genevois a voté vendredi soir au terme d'un débat-marathon le budget 2015 de l'Etat. Celui-ci présente un excédent de 13,7 millions de francs pour des charges de 7,81 milliards. La minorité de gauche a dénoncé un budget de "casse sociale et écologique".

Le budget a été adopté par 54 voix (PLR, UDC et MCG) contre 31 (PS, Verts et Ensemble à Gauche) et 11 abstentions (PDC). Les choix du Grand Conseil ne sont pas exactement ceux proposés par le Conseil d'Etat, mais on prend acte, a sobrement déclaré le Grand Argentier Serge Dal Busco qui pilotait son premier exercice budgétaire.

Le Grand Conseil a voté au final un budget plus austère que la première copie présentée en septembre par le Conseil d'Etat. Ce projet de budget qui misait sur un excédent de 1,1 million était assorti de 44 mesures d'économies.

"On est satisfait d'avoir un budget et de pouvoir travailler dans la sérénité pour les prochaines échéances", a poursuivi le conseiller d'Etat. Il visait en particulier la réforme de l'imposition des entreprises.

Coupes sociales

Les tensions se sont immédiatement cristallisées autour d'une coupe linéaire dans les charges du personnel de l'Etat. Initialement fixée à 14 millions par la droite, elle a été réduite de moitié en troisième débat. L'Etat devra donc économiser 7 millions à répartir dans tous les départements. Le gouvernement était opposé à cette coupe linéaire.

Au grand dam de la gauche, la majorité de droite a refusé de revenir sur des coupes dans les prestations sociales. Le forfait d'intégration, soit le supplément d'aide sociale pour les plus démunis, reste limité à 150 francs. Le subside à l'assurance-maladie est revu à la baisse. "On détricote un peu plus le filet social", a déploré la socialiste Caroline Marti.

Annuité plafonnée

Jeudi soir, les députés avaient accepté la proposition du gouvernement de plafonner le versement de l'annuité au salaire médian cantonal, soit 86'868 francs par an. Dans un premier temps, le Conseil d'Etat voulait l'éliminer complètement. Le compromis qui coûte 8 millions à l'Etat a été accepté, avec d'importantes réticences, par la gauche et le MCG.

Le débat budgétaire s'est déroulé dans un contexte de grogne de la fonction publique très remontée contre ces coupes. Le Cartel intersyndical du personnel de l'Etat et du secteur subventionné maintient un préavis de grève pour le mois de janvier.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes