Fédérales 2015: PDC et PLR demandent des positionnements clairs

Christophe Darbellay, président du PDC, demande que le PLR se positionne clairement au sujet des apparentements de listes. Un an avant les élections fédérales, "il est temps que les libéraux-radicaux décident s'ils veulent s'allier au PDC ou à l'UDC", martèle-t-il dans la "Zentralschweiz am Sonntag".

M. Darbellay dit ne pas comprendre pourquoi le PLR n'a pas de position claire vis-à-vis de l'UDC. Les libéraux-radicaux "doivent se dépêcher de décider s'il veut faire campagne avec l'UDC, le centre, ou seul", poursuit-il. "Avec, dans ce dernier cas, le risque d'être écrasé entre les deux blocs."

Si le PLR choisit de coopérer avec l'UDC, "il ne serait plus question d'apparentements avec le PDC", assure le conseiller national valaisan. "Je veux combattre la radicalisation, et cela ne fonctionne qu'avec un renforcement du centre", ajoute-t-il.

Il appelle le président du PLR Philipp Müller à s'expliquer. "On ne peut pas danser en même temps avec Washington, Pékin et Moscou", souligne-t-il.

Le PLR dans l'attente

Pour M. Müller, interviewé par la "Schweiz am Sonntag", il est tout à fait compréhensible que le PLR cherche le dialogue avec tous les partis bourgeois. Les apparentements de listes ne naissent pas de convergences de contenu entre deux partis, mais de calculs stratégiques en vue d'optimiser ses propres chances, rappelle-t-il.

"Nous avons bon nombre de congruités avec le PDC, mais aussi d'importantes différences", affirme le président du PLR.

Celui-ci dit en outre flairer "une pure politique de maintien au pouvoir dans le renforcement des liens entre PDC et PBD", avec pour cible le siège d'Eveline Widmer-Schlumpf au Conseil fédéral. "J'attends là-dessus un positionnement clair avant le début des campagnes pour 2015", dit-il.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes