Dimanche 18 mai 2014

Les titres de la presse de dimanche:

"Le Matin Dimanche":

La mue politique se poursuit pour les femmes PLR, qui se disent aujourd'hui prêtes à admettre des hommes, d'après leur secrétaire générale Claudine Esseiva. Une nouvelle charte définissant les valeurs des femmes PLR a été votée samedi lors de leur assemblée générale à Brugg (AG). Dans ce texte, "nous redisons que les valeurs libérales-radicales sont les nôtres", assure Claudine Esseiva, rappelant que sa section hest "d'accord avec 99% des idées du PLR". Pour ce qui est des autres questions, comme la famille ou le rôle de la femme au sein de l'économie, "elles ne peuvent pas être résolues seulement par les femmes", d'autant plus que certaines vont devenir très actuelles. Les femmes PLR possèdent 5000 membres avec les sections locales, mais 500 au niveau de la section nationale dont 100 hommes. Pour l'heure, ces derniers sont membres passifs et ne peuvent pas voter, question que les femmes PLR se proposent de "résoudre d'ici la fin de l'année".

"Le Matin Dimanche":

La société zurichoise Swisspartners qui vendait des assurances-vie à des fraudeurs fiscaux vient de payer une amende de 4,4 millions de dollars et de livrer ses clients aux Etats-Unis. Chez Retraites Populaires, à Lausanne, on baisse la tête. Après UBS, Credit Suisse et plus d’une centaine de banques, la société de droit public qui gère les caisses de pensions de 32'000 fonctionnaires vaudois a bien accueilli pendant des années des millions de dollars de clients américains. Retraites Populaires s’apprête à appliquer l’accord fiscal FATCA, qui prévoit la livraison automatique de tous les noms de clients au fisc des Etats-Unis dès le 1er juillet de cette année. Pour l'heure, la société n’a pas jugé nécessaire de consulter un cabinet d’avocats américain pour éclaircir sa situation.

"Le Matin Dimanche":

Les pylônes de téléphonie mobile poussent comme la mauvaise herbe en Suisse. En dix ans, leur nombre a quasi doublé, selon l’Office fédéral de la communication (OFCOM): de 8558 (2003) à 16'406 (2013). L’an dernier, 533 mâts sont venus densifier le réseau cellulaire de 25 000 stations de radiocommunication allant des petits émetteurs GSM urbains aux antennes à 35 mètres de hauteur du système UMTS (3G). Elles constellent les campagnes, surtout le long des voies CFF. Genève et Bâle ont la plus forte densité: une antenne pour 3,4 hectares de surface bâtie à Bâle-Ville, une antenne sur 5,8 ha à Genève. Vaud (10,1) et Neuchâtel (10,8) suivent Zurich (9,3). Les autres cantons romands sont loin derrière.

"Le Matin Dimanche":

Le remboursement des soins dentaires par l'assurance de base n’a jamais fait mouche aux Chambres fédérales. Du coup, la fronde se prépare dans les cantons, en commençant par Vaud, où la gauche a lancé début mars une initiative cantonale. Si les réticences ont toujours été aussi fortes sous la Coupole, c’est que l’ajout des soins dentaires à l’assurance de base a un coût. Santésuisse, organisation faîtière des assurances-maladie, se fait d’ailleurs un plaisir de le calculer: "En 2013, les assurances ont remboursé 26 milliards de francs pour les frais de la santé. Pour la même période, les ménages ont dépensé un peu moins de 3,5 milliards pour les soins dentaires", explique le porte-parole Christophe Kaempf. En clair, pour couvrir les coûts, il faudrait augmenter les primes de 13%, soit quelque 430 francs par année pour un adulte et 1720 francs pour une famille avec deux enfants.

"NZZ am Sonntag":

Les CFF, qui disent manquer de moyens financiers, veulent se limiter au strict minimum pour l'entretien du réseau ferroviaire, selon une décision du responsable de la division CFF Infrastructures. Au cours des dernières années, l'ex-régie a pourtant déjà économisé plus d'un milliard sur les fonds qui étaient censés être alloués à l'entretien et la rénovation des voies. Les experts redoutent que ces économies n'entraînent une hausse des coûts à long terme pour la compagnie ferroviaire. Les CFF parlent de "stratégie d'investissements", avec des solutions optimales en regard des moyens à disposition.

"SonntagsZeitung":

Credit Suisse devrait signer aux Etats-Unis un document stipulant qu'elle admet avoir mené une organisation criminelle, selon des informations fournies à la "SonntagsZeitung" par un cercle d'avocats. D'après ces juristes, qui représentent d'anciens employés de la banque helvétique, ces derniers devraient être alors déchargés de toute culpabilité aux Etats-Unis. Les conditions du règlement du conflit fiscal pourraient être officiellement présentées lundi soir.

"Schweiz am Sonntag":

Selon le président du PS Christian Levrat et d'autres politiques, Christoph Blocher est en train de préparer un avis qu'il va envoyer à la direction de Credit Suisse. Le vice-président de l'UDC plaide pour que la banque endosse une "lourde responsabilité" dans le dossier du conflit fiscal avec les Etats-Unis. Les managers devraient ainsi se sacrifier pour sauver la banque de la déroute, "c'est aussi pour cela qu'ils ont de si hauts salaires", confie-t-il à la "Schweiz am Sonntag". Toutefois, le directeur de Credit Suisse "ne compte apparemment que sauver sa peau, ce qui est honteux", souligne l'ancien conseiller fédéral.

"SonntagsBlick":

Au vu des décès réguliers sur les voies, les CFF abordent la question de la prévention du suicide en collaboration avec des psychiatres spécialisés et la police bernoise. Tous veulent trouver des moyens de déconnecter l'envie de se suicider du passage à l'acte. Pour l'instant, dans les gares, davantage d'affiches avec le numéro de téléphone de la Main Tendue ont été placardées.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes