Deux morts près de Lugano (TI): une enquête pénale est lancée

Un jour après le glissement de terrain qui a coûté la vie à deux femmes à Davesco-Soragno (TI), les travaux de déblaiement se poursuivent sur les lieux du drame. Le Ministère public tessinois et le géologue Urs Lüchinger ont eux débuté leur enquête pénale.

"Dans les prochains jours, nous devrons déterminer quel rôle le mur situé en amont du bâtiment sinistré a joué dans la catastrophe", a déclaré lundi à l'ats Urs Lüchinger.

Le géologue a été chargé de l'enquête par la commune de Lugano et travaille de concert avec le Ministère public. Selon M. Lüchinger, deux scénarios au minimum sont envisagés. Soit l'effondrement du mur en question a permis à des éboulis de dévaler la pente, ceux-ci s'abattant ensuite sur le bâtiment. Ou alors le mur, en s'effondrant, a directement déclenché un glissement de terrain, qui a atteint le petit immeuble en contrebas.

Celui-ci ne se trouvait pas dans une zone à risque, avait indiqué dimanche le syndic de Lugano Marco Borradori (Lega). Les cartes des zones de danger de glissements de terrain sont établies depuis 1990, selon le Département tessinois du territoire.

"Processus démocratique"

Il s'agit d'un "processus démocratique", a expliqué un porte-parole du Département. Une commission d'experts cantonaux examine les terrains en question et prépare un projet de cartes, présenté ensuite aux communes et à la population. Elles peuvent ensuite déposer un recours.

"Par le passé, la population a presque toujours fait opposition contre l'introduction d'une zone de danger", poursuit le porte-parole. Car l'inscription d'une zone d'habitation comme zone à risques a également des conséquences sur les prix de l'immobilier et sur les autorisations de construire.

Quatre victimes en 10 jours

Deux femmes de 34 et 38 ans ont perdu la vie dans la nuit de samedi à dimanche dans le drame. Une troisième personne, un Italien de 44 ans, a été grièvement blessée.

Les niveaux des lacs Majeur et de Lugano grimperont à nouveau entre lundi soir et mardi, et les deux lacs dépasseront vraisemblablement de quelques centimètres les cotes maximales atteintes ces jours, a annoncé l'Office fédéral de l'environnement (OFEV). Le danger local de glissements de terrain persiste dans les régions les plus touchées par les précipitations.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus