De nouveaux gaz destructeurs d'ozone retrouvés dans l'atmosphère

Une équipe internationale de chercheurs, dont un Suisse, a identifié dans l'atmosphère quatre nouveaux gaz fluorés qui détruisent la couche d'ozone. Ces gaz s'y sont accumulés à partir des années 60. Trois d'entre eux appartiennent à la famille des CFC pourtant bannis depuis 2010.

Ces substances creusent les fameux "trous" dans la couche d'ozone au-dessus des pôles, partie de l'atmosphère comprise entre 20 et 50 kilomètres d'altitude qui absorbe la plus grande partie du rayonnement solaire ultra-violet.

"Notre recherche a mis en évidence quatre gaz qui ne se trouvaient pas du tout dans l'atmosphère jusque dans les années 60, ce qui suggère qu'ils sont émis par l'activité humaine", écrivent ces chercheurs dans une étude publiée dimanche dans la revue "Nature Geoscience".

"L'identification de ces quatre nouveaux gaz est très inquiétante car ils vont contribuer à la destruction de la couche d'ozone", estiment les spécialistes, qui ont analysé des échantillons d'air non pollués collectés en Tasmanie entre 1978 et 2012, et dans des carottes de neige au Groenland.

L'origine de ces gaz n'a pas été identifiée mais certaines hypothèses sont évoquées: produits chimiques utilisés pour la production d'insecticides et des solvants pour nettoyer les composants électroniques. Les différences de concentration indiquent qu'ils ont été émis principalement dans l'hémisphère nord.

Elimination en cours

Trois des gaz sont des chlorofluorocarbures (ou CFC), utilisés dans les systèmes de réfrigération et les aérosols, dont la production est désormais quasiment nulle, grâce au protocole international signé en 1985 à Montréal. Le quatrième appartient à la famille des hydrochlorofluorocarbures (ou HCFC), également utilisés dans les réfrigérateurs, les aérosols, ou les climatiseurs, et dont l'élimination progressive est en cours.

Plus de 74'000 tonnes de ces nouveaux gaz se sont accumulées dans l'atmosphère jusqu'en 2012. Il s'agit néanmoins d'une quantité très limitée quand on la compare aux émissions des CFC qui s'élevaient à plusieurs millions de tonnes dans les années 80.

Deux de ces gaz, un CFC et un HFCF, s'accumulent encore dans l'atmosphère, précise l'étude. Jusqu'à présent, sept types de CFC et six HCFC étaient connus pour leurs effets destructeurs sur l'ozone.

La couche d'ozone a cessé de s'affiner à la fin des années 90 et certains signes montrent qu'elle commence à se reconstituer.

Le physicien Jakob Schwander, de l'Université de Berne, a participé à cette étude.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus