Affaire Ammann: le Département fédéral des finances critiqué

Le chef du contrôle des finances du canton de Berne Thomas Remund se montre critique à l'encontre du Département fédéral des finances. Celui-ci n'a pas voulu précisément examiner les pratiques fiscales du groupe Ammann dans le cadre du dossier de ses constructions "offshore", a-t-il déclaré dans une interview parue samedi dans les quotidiens "Der Bund" et "Tages-Anzeiger".

A la question de savoir si le département de la conseillère fédérale Eveline Widmer-Schlumpf n'avait pas voulu examiner en détail la situation, M. Remund a répondu: "oui, d'une manière ou d'une autre".

Ce dernier a poursuivi en estimant qu'il a explicitement été interdit au Contrôle fédéral des finances (CDF) d'examiner les administrations fiscales cantonales de son propre chef. "Si à présent l'Administration fédérale des contributions (AFC) se sent bridée dans son rôle de surveillant fédéral des administrations fiscales cantonales, se pose alors la question de savoir qui doit procéder aux contrôles".

Par ailleurs, M. Remund dit ne pas comprendre pourquoi l'AFC n'a pas voulu collaborer avec ses services. "Il devait vraisemblablement y avoir des pressions venant d'en haut pour tout bloquer".

Constructions "offshore"

Le groupe industriel bernois Ammann a été placé sous le feu de la critique fin janvier. L'émission de la télévision alémanique "Rundschau" avait dévoilé ses constructions "offshore".

Des millions ont été investis dans des sociétés filiales sises au Luxembourg et à Jersey. Après enquête, le fisc bernois n'avait toutefois découvert aucune activité illégale en lien avec les anciennes sociétés financières installées au Luxembourg et à Jersey.

Dans la foulée de cette controverse, la commission des finances du Grand Conseil bernois voulait savoir si la pratique réservée par l'intendance cantonale des impôts aux sociétés "offshore" respectait la loi et était conforme à la pratique nationale.

Soutien du PLR

Philipp Müller a décidé de prendre la défense de M. Schneider-Ammann. Le président du PLR s'en prend vertement samedi à la nouvelle enquête sur les pratiques fiscales controversées du groupe Ammann. Interrogé par la "Nordwestschweiz" et la "Südostschweiz", il dénonce avec force l'annonce des autorités de passer encore une fois au crible les pratiques fiscales du groupe.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes