Cancer du sein: le seul membre romand du comité du SMB "furax"

La polémique, déclenchée dimanche dernier par le Swiss medical Board (SMB), qui déconseille les programmes de dépistage systématique du cancer du sein chez les femmes de plus de 50 ans, rebondit. Michel Thentz, ministre de la santé du canton du Jura et seul membre romand du comité du SMB, se dit "furax".

"Le financement du SMB par la Conférence des chefs de Département de la santé (CDS) sera probablement rediscuté", annonce Michel Thentz, également délégué de la CDS au sein de SMB, dans une interview publiée par "Le Matin Dimanche". Selon lui, "la méthode pour avaliser les rapports est aberrante".

Il estime que les avis donnés par les experts sont "politiques et non scientifiques". Le Jurassien a envisagé de démissionner, mais la CDS "l'a convaincu de rester et de faire entendre sa voix à l'intérieur".

Après la publication du rapport, Michel Thentz, président du centre de dépistage du cancer du sein pour le Jura, le Jura bernois et Neuchâtel, a jugé sa "position au comité intenable".

L'OFSP défend aussi le dépistage

L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) est entré dans la danse vendredi pour défendre le dépistage "classique" par mammographie. Avant lui, les milieux de la prévention, dont l'Institut national pour l'épidémiologie et l'enregistrement du cancer (NICER), avaient déjà réagi vigoureusement.

La Confédération entend toujours étendre le dépistage systématique du cancer du sein dans tous les cantons. Cette stratégie nationale contre le cancer 2014-2017 a été adoptée par la Confédération et les cantons.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes