Burkhalter à Tokyo plaide pour une OSCE en région Asie-Pacifique

La région Asie-Pacifique, en proie à des tensions, devrait réfléchir à une collaboration sécuritaire sur le modèle de l'OSCE. Président en exercice de l'organisation, Didier Burkhalter a proposé ce scénario à Tokyo.

Le président de la Confédération a proposé mardi au ministre japonais des Affaires étrangères Fumio Kishida de poursuivre la discussion sur une organisation sécuritaire pour l'Asie-Pacifique, a précisé mardi à l'ats un porte-parole du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE).

La question sera abordée à nouveau cette année pendant la présidence suisse de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). Elle sera aussi évoquée en 2015 lorsque la Suisse présidera le partenariat asiatique entre cette région et l'OSCE.

De son côté, M. Kishida a assuré M. Burkhalter du soutien japonais au Document de Montreux adopté en 2008. Cette initiative de la Suisse et du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) se penche sur le droit international applicable aux entreprises militaires et de sécurité privées présentes dans les zones de conflit. Elle intègre par ailleurs des recommandations aux Etats contractants qui ne sont toutefois pas contraignantes.

Discussion avec Naruhito

Sur les relations bilatérales avec le Japon, dont le 150e anniversaire est célébré jeudi, M. Burkhalter a proposé d'intégrer la question de la peine de mort dans le dialogue entre Berne et Tokyo. Le Japon a exécuté sept personnes en 2013. La coopération judiciaire plus large doit aussi être évoquée entre les deux pays, a plaidé le président de la Confédération.

Auparavant, M. Burkhalter avait échangé les premiers timbres commémorant les 150 ans des relations diplomatiques entre le Japon et la Suisse avec le prince héritier Naruhito. Ces timbres seront distribués dans les deux pays.

Le prince héritier a remercié la Suisse pour sa solidarité après le tsunami de 2011. M. Burkhalter devait encore rencontrer dans la soirée des représentants politiques et économiques.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes