Bonne capacité d'absorption du marché suisse du travail

Les effets négatifs de la libre circulation, comme le dumping salarial, sont restés très limités en Suisse depuis 2002. Le marché helvétique du travail a fait preuve d'une bonne capacité d'absorption, a conclu mardi le Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco). La crainte d'une hausse disproportionnée du nombre de rentiers AI étrangers ne s'est pas confirmée.

L'accord sur la libre circulation des personnes conclu entre la Suisse et l'Union européenne (UE) a permis aux entreprises suisses de recruter de la main-d'oeuvre dans l'espace UE/AELE (Association européenne de libre-échange). En onze ans, il a largement contribué à la croissance économique de la Suisse, estime le Seco.

La crise en Europe a influencé la composition de l'immigration ces deux dernières années. Alors que l'arrivée de personnes du Sud et de l'Est a augmenté, le nombre de migrants allemands a nettement reculé.

Entre 2002 et 2012, l'immigration nette en Suisse s'est élevée à 63'300 personnes par an. Parmi elles, 38'400 provenaient de l'UE/AELE, dont 16'300 ressortissants allemands et 7500 portugais.

Dans les années 1991 à 2001, le solde migratoire en Suisse était de 26'400 personnes par an, provenant presque exclusivement de pays hors UE/AELE.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus