Balthasar Glättli est le nouveau chef du groupe des Verts

Antonio Hodgers parti pour le Conseil d'Etat de Genève, le poste de chef du groupe écologiste aux Chambres fédérales à Berne a été repourvu. C'est désormais Balthasar Glättli qui assumera la présidence. Le Zurichois de 41 ans a été élu mardi par son groupe.

C'est sur un "score soviétique", par 13 voix sur 15, que le conseiller national élu il y a deux ans seulement à Berne accède à la présidence du groupe des Verts, a annoncé Luc Recordon devant la presse. Après Antonio Hodgers, le parti se félicite d'avoir désigné à nouveau un jeune politicien, a-t-il ajouté.

La Suisse romande pas oubliée

Le nouveau président, à l'aise en français, s'est dit très honoré et prêt à contribuer aux succès des Verts. Il y voit la reconnaissance de son travail sous la Coupole et de son parcours à Zurich, où il a siégé au législatif de la ville de 1998 à 2011. Il a d'ailleurs présidé le groupe écologiste au parlement municipal durant plusieurs années.

"Le parti gagne avec cette élection un peu plus d'influence en Suisse alémanique sans pour autant oublier la Suisse romande", a déclaré Balthasar Glättli. Il a rappelé que la formation était présidée depuis plus d'un an par une co-présidence formée de la Vaudoise Adèle Thorens et la Bernoise Regula Rytz.

Marqué à gauche

Il poursuivra sur les thèmes forts des Verts. Lui-même s'est engagé contre les durcissements de la loi sur l'asile et de la loi sur la nationalité.

Il s'est aussi opposé à l'achat des Gripen et s'est profilé dans la polémique sur l'espionnage américain. Interrogé sur son positionnement à gauche du parti, il dit militer en priorité pour une société juste et équitable.

Philosophe

Outre ses activités politiques, Balthasar Glättli a été secrétaire politique de Solidarité sans frontières de 2003 à 2010. Il est également vice-président de l'association de défense des locataires (ASLOCA) depuis ce printemps. Il a étudié la philosophie et la linguistique allemande et a travaillé dans le secteur de l'informatique, d'où sa sensibilité aux nouveaux médias. Il vit à Zurich.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes