Crash en France: les deux blessés ne sont plus en danger de mort

Le pronostic vital de la personne hospitalisée à Besançon (F) après l'accident d'hélicoptère à Bart n'est plus engagé, indique vendredi la préfecture du Doubs. Quant au blessé rapatrié à Bâle, il est "hors de danger", précise Frédéric Burnand, porte-parole de la Fédération vaudoise des entrepreneurs (FVE), revenant sur une information de "24 heures".

Par ailleurs, le Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA) a ouvert une enquête de sécurité, a-t-il annoncé vendredi. "Deux enquêteurs du BEA accompagnés de conseillers techniques d'Airbus Helicopters (constructeur de l'hélicoptère) et de Turbomeca (constructeur du moteur), se sont rendus sur le site de l'accident jeudi en fin d'après-midi", a-t-il ajouté.

A Bart, où l'hélicoptère s'est écrasé, "le lieu de l'accident a été sécurisé afin de comprendre ce qui s'est déroulé jeudi matin. L'enquête est en cours", précise le service de communication de la préfecture du Doubs.

"Le pilote était un copain"

A Tolochenaz (VD), sur le site de la FVE, un livre d'hommages est à disposition des collaborateurs. Dans l'après-midi, plusieurs personnes y avaient déjà laissé un message.

"On a des mandats à exécuter, des cours à donner. On doit continuer à voler, mais l'accident de Bart (F) c'est le pire qui puisse arriver à une compagnie d'hélicoptère. Le pilote était un copain, un associé", a déclaré à l'ats Patrick de Preux, le responsable de la société d'hélicoptère Héli-Lausanne, très affecté. La société, qui avait loué l'hélicoptère, est prête à répondre aux questions et à fournir les documents sur l'appareil. "Ces machines sont très bien suivies", affirme Patrick de Preux.

Choc à la FVE

La Fédération vaudoise des entrepreneurs (FVE) a mis une cellule de soutien psychologique à disposition de son personnel. La veille, l'accident d'hélicoptère dans le Doubs a coûté la vie à trois membres de son comité directeur, une employée et le pilote. Deux personnes sont grièvement blessées. Beaucoup sont "choqués, frappés, marqués", a indiqué Frédéric Burnand, responsable de la communication de la FVE.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus