Alain Duménil suspecté d'avoir soustrait 54 millions au fisc

Le propriétaire de "L'Agefi", Alain Duménil, est soupçonné de graves infractions fiscales. Il est suspecté d'avoir soustrait près de 54 millions au fisc. L'existence de cette procédure ressort de plusieurs arrêts diffusés la semaine dernière par le Tribunal pénal fédéral (TPF).

L'informatin a été révélée simultanément par "L'Hebdo" et le "Tages-Anzeiger". Les décisions du TPF indiquent que la conseillère fédérale Eveline Widmer-Schlumpf a donné son feu vert, en novembre, à l'ouverture d'une enquête fiscale spéciale dirigée contre le millionnaire franco-suisse domicilié à Crans-Montana (VS). La fraude se serait étendue sur plusieurs années, entre 2003 et 2011.

Selon les informations dont dispose l'Administration fédérale des contributions (AFC), précise le TPF, Alain Duménil a notamment reçu, entre 2004 et 2008, des dividendes exceptionnels de la société immobilière Acanthe Développement, à Paris, dont il est actionnaire majoritaire. Au total, près de vingt millions de francs n'auraient pas été déclarés aux autorités fiscales fédérales, cantonales et communales.

En plus, l'AFC le soupçonne de détenir des participations dans certaines sociétés françaises dont il n'aurait jamais déclaré l'existence. Au stade des investigations de l'AFC, indiquent les arrêts du TPF, les montants des revenus imposables non déclarés au cours des exercices 2003 à 2011 s'élèveraient à 54 millions de francs, ce qui correspondrait à un montant d'impôts soustraits de 20 millions.

Séquestre de biens immobiliers

Des perquisitions ont eu lieu, notamment au domicile de l'homme d'affaires. Parallèlement, l'AFC a ordonné le séquestre de biens immobiliers et de comptes appartenant à Alain Duménil.

Par une décision datée du 22 juillet, le TPF a accepté la demande de l'AFC de lever les scellés sur les documents saisis dans le cadre de cette affaire auprès d'un établissement bancaire. M. Duménil s'y était opposé en vain.

Fortune en baisse

La fortune d'Alain Duménil, installé en Suisse depuis 1987, était estimée entre 100 et 200 millions de francs en 2012 par le magazine "Bilan". Il est depuis sorti du classement des 300 plus riches de Suisse, passant en dessous de la barre des 100 millions.

En 2009, l'homme d'affaires s'est porté acquéreur du quotidien économique "L'Agefi". Il détient aujourd'hui 51% des parts du journal.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes