Aarburg (AG): chicaneries juridiques contre l'arrivée de réfugiés

La commune d'Aarburg (AG) tente de s'opposer par tous les moyens à l'installation de familles syriennes dans deux bâtiments. Les autorités communales exigent du canton un permis de construire pour le changement d'affectation des immeubles. Le canton veut combattre cette disposition et compte avec un report du projet.

Une inspection des deux immeubles familiaux rénovés a révélé des lacunes, justifie l'exécutif communal jeudi. Il manque également l'autorisation cantonale de protection incendie, indispensable pour ouvrir un centre de requérants d'asile.

Une plainte contre cette disposition n'aura pas d'effet suspensif, et interdit donc tout emménagement des 90 réfugiés pour la mi-mai, soulignent les autorités communales. Le service social cantonal a loué ces immeubles pour cinq ans au moins.

Le canton va combattre cette disposition, a expliqué Balz Bruder, porte-parole du service social cantonal. Il part du principe que les atermoiements juridiques vont repousser le projet. La première instance d'examen des plaintes est le département cantonal de la construction.

L'exécutif communal parle d'une "totale incompréhension" face au projet du canton. La commune estime qu'elle a assez de requérants. Avec le nouveau projet du canton, elle en accueillera 124. Aarburg compte 7300 habitants.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes